O Assayas
O Assayas © Manfred Werner/Tsui©wikimedia commons

Après Mai sorti en salles hier, avec Clément Métayer, Lola Creton, Félix Arnaud, Carole Combes...

Le9 février 1971 à Paris , des jeunes, étudiants et lycéens, qui voulaient manifester contre les conditions de détention des dirigeants gauchistes, se font violemment matraquer par les Brigades spéciales d’intervention créées par Raymond Marcellin. Richard Deshayes, militant de VLR, perd un œil à cause d’un tir tendu de grenade lacrymogène. Trois ans après Mai le pouvoir pompidolien veut étouffer l’agitation qui persiste dans les lycées, les facs et certaines usines où l’idée d’autogestion fait son chemin, comme à Lip . Tandis que des patrons créent leur propre milice, l’ultra-gauche rêve de prendre les armes et, lorsqu’on a entre 16 et 20 ans, changer ce monde sclérosé et violent parait bien le moins que l’on puisse espérer.

C’était une entreprise périlleuse que de vouloir rendre aujourd’hui sur l’écran, alors que règnent désormais cynisme, dérision et pensée molle, ce que fut l’intensité, la vibration de cette époque, parfois grandiloquente et naïve, mais d’une générosité et d’une sincérité totales. Avec ce film, Après Mai , sorti hier sur les écrans, Olivier Assayas a plus que réussi son pari , parvenant à rendre le souffle de ces années-là et l’histoire collective d’une génération à travers quelques destins individuels. Ceux qui les incarnent, acteurs débutants à une exception près, possèdent la grâce maladroite et la jeunesse lumineuse de leurs rôles. Après Mai est un film lucide et tendre, violent et grave, et d’une fluidité magistrale, ne le ratez surtout pas.

Evénement(s) lié(s)

Après mai

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.