pour l'exposition Take me (I'm yours) jusqu'au 8 novembre à la Monnaie de Paris

Jean Starobinski, homme à la culture immense et à la pensée originale, est défini dans les dictionnaires comme un « historien des idées », une drôle de formule…

Il a notamment publié, parmi des dizaines d’ouvrages savants, un très joli Portrait de l’artiste en saltimbanque . Une association de termes que doit évidemment apprécier Christian Boltanski , lui qui aimerait, qu’en ce temps de commercialisation à outrance de l’art et des artistes, ceux-ci demeurent toujours des « outsiders ».

C’est, en tout cas, ainsi que lui se vit et pense sa présence dans la société.

De plus Starobinski a travaillé sur la notion de don, comprise comme une incitation divine à l’origine, mais qui, dans toutes les communautés humaines, relie les hommes entre eux, obligeant ceux qui reçoivent à offrir quelque chose en retour. Ne serait-ce qu’un regard, de l’attention, de la pensée, un simple geste. Le don comme un lien indispensable entre nous.

Et c’est bien l’une des idées qui fonde cette drôle d’exposition, ludique, ironique, joyeuse et finalement très futée, qui se tient jusqu’au 8 novembre dans les belles salles de la Monnaie de Paris face à la Seine.

Sous le titre intrigant de Take Me (I’m Yours), 44 artistes contemporains présentent des installations qui proposent aux visiteurs d’être parties prenantes à l’œuvre exposée. Soit en en emportant un fragment, soit en échangeant un objet contre un autre, soit en y déposant une trace de leur passage.

Christian Boltanski en est l’un des co-commissaires avec son ami Hans Ulrich Obrist avec qui il avait déjà organisé une exposition portant le même titre en 1995 à Londres.

Et c’est d’ailleurs la même installation, qu’il y a « rejouée » selon ses propres termes, quatre tas de vêtements usagés dans lesquels les visiteurs sont invités à piocher avant de placer leur prise dans un sac en papier siglé Boltanski. Œuvre d’art ou juste un jean que l’on portera ? A vous de voir.

Christian Boltanski qui est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde, répondra sûrement à cette question.

https://www.monnaiedeparis.fr/fr/expositions-exposition-temporaire-current/take-me-i-m-yours

La galerie Marian Goodman expose des oeuvres de Christian Boltanski du 22 octobre au 19 decembre:Faire part

http://mariangoodman.com/exhibition/2379/press-release

Le reportage de Julien Cernobori

Mamie ghostbuster

Elle s’appelle Yvonne, ça fait plus d’une soixantaine d’années qu’elle cherche à capter les voix des morts avec un vieux magnétophone à cassettes.

Mamie ghostbuster
Mamie ghostbuster © Julien Cernobori / Julien Cernobori

Dans le salon de son appartement, la vieille dame m'a reçu pour lui faire entendre les voix de l’au-delà...

Les archives de l'INA et les extraits sonores

Jean Starobinski

L e don , l’échange grâce à quoi la communauté reste vivante __

ARCHIVE INA:-Les chemins de la connaissance 19/12/1994 Renée Elkaim Bollinger -France Culture

Hans Ulrich Obrist

Ses rencontres avec Peter Fischli et David Weiss, Alighiero e Boetti ,Christian Boltanski , et Annette messager et l’idée d’inventer d’autres règles du jeu

ARCHIVE INA -Peinture fraiche 19.09.2008 jean Daive -France Culture

Yoko Ono

Le mouvement Fluxus

La participation et la création qu'elle demande au public face à son œuvre

ARCHIVE INA- Ça va pas durer Fréderic Bonnaud 8 juillet 2003 France inter

Bertrand Lavier

Les objets m’attendent

ARCHIVE INA -Surpris par la nuit 03/06/2002 Alain Veinstein -France Culture

Gilbert & George

Leur demarche artistique

ARCHIVE INA - Hors champs 09.12.2014- France Culture

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.