Pour son CD "Godowsky: 22 études d'après Chopin", Label Paraty

Après le canadien Marc-André Hamelin, le russe Boris Berezovsky était jusqu’ici le seul pianiste à avoir enregistré les études de Godowsky d’après Chopin. Il est vrai que peu de virtuoses se laissent tenter par cet Everest pianistique qui demande non seulement une agilité technique inouïe, mais aussi une implication en termes de temps, difficile à trouver dans une carrière internationale. Ceux qui haussent le sourcil en se demandant ce qu’il y a de particulièrement long et difficile à travailler des pièces d’un musicien oublié composées à partir des célébrissimes études de Chopin, que tout jeune pianiste connaît sur le bout des doigts, sont donc comme moi, jusqu’à il y a peu : ils ignorent que ces transcriptions ont été écrites pour la seule main gauche !

Ivan Ilic
Ivan Ilic © Ivan Ilic / Label Paraty /

Collectionneurs de diplômes, de prix et de bourses qui lui ont permis de fréquenter les plus grandes écoles, Ivan Ilić, de nationalité américaine, d’origine serbe et vivant dorénavant à Bordeaux, s’est lancé à l’assaut de ces études de Godowsky avec détermination. Il y a découvert des difficultés insoupçonnées qui l’ont conduit à se remettre humblement en situation de débutant. Récompensé, de longs mois plus tard, par ce qu’il n’hésite pas à nommer « une extase musicale » et une nouvelle maîtrise de son corps, Ivan Ilic vient de graver ces 22 études pour la main gauche chez Paraty, maison de disques où il avait déjà sorti en 2008 les 24 préludes de Claude Debussy.

Tournée : Ivan Ilić au Royaume-Uni : le 17 avril à l'Institut français de Londres, puis notamment à Bristol (21-23 avril) ; en Irlande (1er-5 mai, 2-4 juin, et Dublin du 21 au 23 juin) ; en Irlande du Nord (16-18 mai), à Liverpool (26-27 mai)...

Ivan Ilic organise également à Bordeaux des concerts à domicile: 06 32 75 54 06

Le reportage de Martine Abat :

Rencontre avec Mâkhi Xenakis, commissaire de l'exposition "Iannis Xenakis dessinateur à l'aube de l'oeuvre" au Musée des Beaux Arts de Tourcoing jusqu'au 11 juin prochain.

Iannis Xenakis était compositeur, il est mort en 2001 et dix ans plus tard, sa fille Mâkhi, elle-même sculpteur, s’est plongée dans ses archives. Elle en a extrait des documents qui permettent de montrer ce qui est à l’origine de son œuvre et comment naissaient ses compositions.

Iannis Xenakis
Iannis Xenakis © Radio France /

On sait que Xenakis, ingénieur polytechnicien, architecte chez Le Corbusier par ailleurs, utilisait de très complexes formules mathématiques. Ces formules et équations donnaient naissances à des courbes, des paraboles, des schémas qui lui permettaient de matérialiser sa musique. On peut voir ces graphiques dans cette exposition, mais aussi de tout petits dessins préparatoires, plus modestes, petits grigris au stylo bic, on peut voir aussi ses lettres, ses projets architecturaux, ses carnets de notes, des photos de Xenakis. Xenakis était très marquée par la mort de sa mère adorée lorsqu’il avait 5 ans, il a grandi seul dans un pensionnat en Grèce. Puis la guerre a fait de lui un chef de réseau résistant, blessé grièvement au visage. Sa vie est imprimée dans sa musique, c’est ce que veut montrer Mâkhi Xenakis, dans cette exposition.

La programmation musicale :

  • Ivan Ilic, Godowsky-Chopin, Etude n°5, "Tristesse"

  • Ivan Ilic, Godowsky-Chopin, Etude n°22, "Révolutionnaire"

  • Ivan Ilic, Godowsky-Chopin, Etude n°43, "Tempête"

  • Ivan Ilic, Debussy, "Des pas sur la neige"

    Les liens

Le site d'Ivan Ilic

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.