Dans les années 80, David Simon passe un an avec la brigade criminelle de Baltimore, de cette immersion il tire un livre: "Homicide". Philippe Squarzoni l'a adapté en B.D.

Extrait de la couverture d' "Homicide" de Philippe Squarzoni
Extrait de la couverture d' "Homicide" de Philippe Squarzoni © Philippe Squarzoni, Delcourt 2016

En 2012, l’ex journaliste du Baltimore Sun, David Simon, était à Paris à l’occasion de la parution, chez Sonatine, de son formidable récit sur le quotidien des inspecteurs de la brigade des homicides de la capitale du Maryland.

Simon les avait suivis durant toute l’année 1988, avant de publier, trois ans plus tard, ce livre, Homicide, qui, selon lui, racontait « la guerre de l’Amérique contre elle-même » : services de police et de justice englués dans les affaires de drogue, manque de moyens matériels, relégation des pauvres, essentiellement noirs et latinos, dans des ghettos insalubres, abandon de l’école publique, violence extrême devenue routine.

Quelques années plus tard, après une nouvelle enquête menée, cette fois-ci, dans l’un des quartiers les plus durs, David Simon et son ami Ed Burns, ex flic, produisaient The Wire, "Sur écoute" en français. La meilleure série télévisée de tous les temps (HBO) qui valut à l’auteur d’être reçu à la Maison Blanche par Barack Obama.

Alors que la série romance les histoires des flics et des criminels de Baltimore, le livre de David Simon, formidablement écrit, ne relate que la réalité, souvent désespérante, du quotidien des 17 inspecteurs qui, en 1988, durent tenter de résoudre 240 affaires de meurtres.

C’est ce livre-là que le dessinateur et auteur de BD Philippe Squarzoni a voulu adapter. Le tome 1 est paru en 2016 et le tome 2 vient de sortir chez Delcourt sous le titre Homicide, une année dans les rues de Baltimore. Trois autres sont annoncés.

Très inspiré par les films noirs américains de l’après guerre, le dessin de Squarzoni joue avec les ombres, les gros plans, les contre plongées, tandis que la « bande son » reprend fidèlement les propos du livre de Simon. Pour l’auteur, qui nous avait jusqu’ici habitués à des récits à la première personne sur des sujets politiques – son précédent livre, Saison Brune, concernait le réchauffement climatique - cette incursion dans l’envers du rêve américain fait sûrement écho à des préoccupations hexagonales.

Philippe Squarzoni est, aujourd’hui, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Reportage : dans l’atelier de Philippe Squarzoni

A quoi ressemble l’atelier d’un auteur de BD ? On imagine sur le mur de grandes planches de papier blanc ; sur une table des crayons de toutes les couleurs, des pinceaux, de l’aquarelle, de la gouache, des stylo ; au sol, des pelures de crayons de papier et des miettes de gommes.

Et puis, on arrive dans l’espace où Philippe Squarzoni créé. L’image qu’on avait dans la tête ne colle pas. Autre chose nous attire. Face à nous, sur le mur, un grand tableau recouvert de post-it de toutes les couleurs, certains sont reliés par une corde. On se croirait dans le bureau d’un détective, héros d’un polar.

Un reportage de Gladys Marivat.

La programmation musicale:

  • Blind boys of Alabama :Way down in the hole
  • Camille : Fontaine de lait
  • Nick Waterhouse : It's Time

Les archives de l'INA :

David Simon : Son année à Baltimore, avec la brigade Homicide en 1988 - La grande table le 31.12.2012 par Raphaël Bourgois

David Simon : les enquêteurs qu’il a fréquentés - La grande table le 31.12.2012 -par Raphaël Bourgois

David Simon : jouer l’idiot pour s’intégrer au sein de la brigade - Mauvais genres le 13.10.2012 par François Angelier

Caroline Moyer, professeur dans un collège/ lycée public du ghetto Noir de Baltimore:Certains de ses élèves sont des dealers, et ont déjà fait de la prison

Grand angle 1995 Le ghetto noir de Baltimore par Emmanuelle Bastide

David Simon : Son grand attachement à Baltimore -Diffusée le 09.02.2012 dans La grande table

Des extraits de The Wire (DVD HBO )

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.