[scald=11059:sdl_editor_representation]« la brève et merveilleuse vie d’Oscar Wao » aux éditions Plon Réédition de « Los Boys » chez 10/18 Quelques mois avant la chute du dictateur Trujillo –assassiné en 1961 lors d’une insurrection encouragée par la CIA qui, jusque là, l’avait soutenu- la radio nationale française dépêche à Saint-Domingue son reporter vedette, l’excellent Samy Simon qui, comme vous venez de l’entendre, trouve terriblement ostentatoire le culte du chef qui règne sur cette partie de l’île. Et s’il n’y avait que ça…Notre reporter n’en dira évidemment pas un mot, mais il a dû, bien sûr, entendre parler des exploits du jefe : assassinats, tortures, viols, enlèvements, pillages et mise en coupe réglée de la société. De l’autre côté de la frontière, chez les haïtiens francophones, c’est Papa Doc qui règne, avec les mêmes bonnes vieilles méthodes. Cinquante années ont passé. Est-ce que ça va vraiment mieux sur l’ancienne Hispaniola ? Junot Diaz , nouveau petit surdoué de la littérature new yorkaise, est justement né en 1968 en république dominicaine et ce qu’il en dit explique pourquoi, chez lui, tant de familles rêvent d’en partir. Même si c’est , comme la sienne l’a vécu dans les années 70, venir travailler jusqu’à en mourir dans une banlieue pourrie du New Jersey. Dominicains, haïtiens, une même malédiction –le fuku selon Junot Diaz- pèse depuis plus de trois siècles sur ces frères ennemis qui se partagent en se haïssant cette île qui fut autrefois « la perle des Antilles ». Judith Soussan a rencontré des Haïtiens qui tentent de vivre, à Paris, loin des leurs. Nous les entendrons dans un moment, juste après l’interview que nous a accordée Junot Diaz, de passage à Paris voici quelques jours pour la sortie chez Plon de son deuxième livre « la brève et merveilleuse vie d’Oscar Wao » qui a reçu le Prix Pulitzer aux Etats-Unis.Judith Soussan: De l'autre côté de la frontière, Haïti, la petite voisine de Saint-Domingue, n'a cessé de faire mentir son joli surnom de "perle des Antilles". Une balade du côté de la rue des Poissonniers, dans le 18ème arrondissement de Paris, où les petites épiceries haïtiennes proposent les produits tropicaux du pays ; et aussi avec Jean-Robert, réfugié originaire de la Cité Soleil, le plus grand bidonville de Port-au-Prince... balade qu'accompagnent les mots chantants des écrivains René Depestre et Jacques Stephen Alexis, et le rap lancinant de Wyclef Jean.

programmation musicale

Davy Sicard

Iz Ali ### Charlie Winston

Like a Hobo ### Luck Mervil

Piwouli

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.