[scald=8891:sdl_editor_representation]Au printemps 1999, pendant trois mois, trois millions de visiteurs se sont pressés sur le Pont des Arts à Paris pour regarder, toucher, dialoguer avec les sculptures si parlantes d'Ousmane Sow. De grands Peuls avec leurs enfants, des lutteurs Noubas, des Masaïs rêveurs, de vieux sages, une danseuse, et les combattants, soldats bleus et guerriers indiens, de la bataille de Little Big Horn. Pour beaucoup de ces passants c'était la première et émouvante rencontre avec ce sculpteur sénégalais qui, en modelant ses propres histoires, nous raconte aussi les nôtres. Ousmane Sow a, dans une première vie, été kiné à Paris pendant vingt ans. De retour chez lui, près de Dakar, en 1978, il s'est alors consacré à sa sculpture, modelant les grands corps qui hantent son esprit dans des matériaux et des couleurs dont il garde jalousement le secret, et que l'on dirait tirés de la terre même d'Afrique. Un livre collectif qui lui est consacré paraît ces jours-ci chez Actes Sud avec de superbes photos de sa femme Béatrice Soulé, qui a aussi réalisé les deux films du DVD "Ousmane Sow, le soleil en face" édité par le P'tit jardin et distribué également par Actes Sud. On peut écouter en ligne une conférence qu'il a donnée au Musée du Quai Branly le 11 janvier denrier. http://www.quaibranly.fr/index.php?id=1115Julien Cernobori : Deux visions du Sénégal à Paris. Visite "sénégalaise" du musée du quai Branly en compagnie d'Hélène Joubert, conservateur responsable de l'unité patrimoniale Afrique et visite dans l'appartement d'une famille sénégalaise récemment régularisée.

programmation musicale

Mamani Keita

Tamala ### Ali Farka Toure

Savane ### Richard Bona et Salif Keita

Kalabancoro

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.