C’est Laurent Poitrenaux, inégalable comédien dont le corps exprime les moindres mouvements de l’âme, qui incarne Harpagon, cet homme jamais rassasié de posséder. Lui qui, d’ordinaire, porte à la scène des textes contemporains, s’y est totalement retrouvé.

Photo de "L'Avare" de Molière, mise en scène de Ludovic Lagarde
Photo de "L'Avare" de Molière, mise en scène de Ludovic Lagarde © © Pascal Gely Non libre de droits

Harpagon est un chef d’entreprise dont les affaires marchent très bien. Dans l’entrepôt où il convoque enfants, fournisseurs et domestiques, des marchandises s’entassent jusqu’au plafond. Un écran video surveille l’accès du trésor et chacun file doux car le patron a la gâchette facile. Mais, contrairement à une théorie en vogue, la richesse de ce premier de cordée ne ruisselle sur personne. Harpagon amasse son pognon pour la jouissance de la possession, pour le frisson de la domination sur les autres, pour l’accomplissement de son bon plaisir. Et, au terme de cette névrose mortifère, il préfèrera s’enterrer avec son magot, plutôt que vivre en le partageant.

Créé par Ludovic Lagarde en 2014 à la Comédie de Reims qu’il dirige, cet Avare a, depuis, tourné partout en France, séduisant des spectateurs de tout âge. Ayant simplement coupé la dernière scène de réconciliation générale, final terriblement artificiel mais obligé pour ne pas heurter le public de l’époque, le metteur en scène rend à Molière toute sa noirceur, qui n’empêche pas un rire terrible. C’est Laurent Poitrenaux, inégalable comédien dont le corps exprime les moindres mouvements de l’âme, qui incarne cet homme jamais rassasié de posséder. Lui qui, d’ordinaire, porte à la scène des textes contemporains, s’y est totalement retrouvé. Contemporain dîtes-vous…

Laurent Poitrenaux:

 "J avais une vision totalement erronée de L'Avare et plein d'a priori  , or en relisant le texte je me suis rendu compte que  la langue était très belle , la pièce très drôle, et surtout ,il y a  ce rapport à l'argent qui rend tout le monde fou et qui dénature tous les rapports ... ce qui nous  renvoie à ce que l'on vit en ce moment" 

► Un spectacle à voir au Théâtre de l'Odéon jusqu'au 30 juin

La programmation musicale:

Tom Waits :Make it rain

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.