" Phillipe Girard, visage émacié et rayonnant de Christ outragé, verbe tonnant d'imprécateur à la Andreï Roublev, est le Brand à la fois attachant et terrifiant qu'a voulu le Norvégien Henrik Ibsen dans ce long poème dramatique écrit en 1865 de son exil italien. Un pasteur à la rigueur inflexible revient dans son village natal, entre fjord et glacier, pour "guérir" ses copatriotes de leur frivolité. Sa devise, "tout va bien", va diviser la communauté et détruire sa propre vie. Après Peer Gynt, en 1996, et les Revenants, en 2000, Stéphane Braunschweig, directeur du Théâtre National de Strasbourg, est revenu à Ibsen avec cette nouvelle traduction de Brand, à la fois poétique et affutée, signéee Aurélien Recoing, qui vient de paraître chez Actes Sud Papiers. Après Strasbourg, Lille, Bordeaux et Caen, son Brand s'installe à Paris, au Thépatre National de la Colline jusqu'au 16 Juin. Si vous m'en croyez courrez-y : c'est du grand, du beau, du vrai thépatre, qui heurte, apaise, dérange et remplit le coeur et l'âme. De celui qui donne jsute envie de dire merci" K. Evin A LIRE : "Brand" d'Henrik Ibsen trad d'Eloi Recoing chez Actes Sud Papiers "L'anneau de Clarisse" de Claudio Magris éd L'esprit des péninsules

1Reportage au moment du montage du décor de Brand au théâtre de la Colline avec Phillipe Girard, Vincent Rouselle et Pauline Lororillard.

programmation musicale

Françoise Hardy

Un air de guitare ### Coldplay

Speed of sound

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.