photo2
photo2 © Radio France /

Pour Le jeu du pendu (Editions Liana Levi)Pendant plus d’un siècle, la Lorraine avait respiré au rythme ininterrompu des hauts fourneaux. Alimentés en minerai de fer par le dur labeur d’ hommes venus de toute l’Europe, fuyant la misère ou les persécutions politiques. Devenus Français puis unis par la mine, les luttes syndicales, les accidents, la silicose, puis par la résistance à l’occupant, celui qui, depuis 1870, n’en finissait pas de se réinstaller, comme chez lui. Lorsqu’au début des années 80, alors même que la gauche arrivait au pouvoir, il fallut admettre que cette histoire allait s’arrêter, le traumatisme fut pire qu’un coup de grisou. Et le silence, insupportable.Qui a vécu ces années de révolte et de deuil ne pourra jamais oublier le désespoir qui s’exprimait alors, en même temps que la fierté d’une culture ouvrière et syndicale qui tenait les hommes ensemble. Aline Kiner est journaliste à Sciences et Avenir, et, fille de mineur, elle a grandi en Moselle. Elle publie aujourd’hui un roman noir, « le jeu du pendu », aux éditions Liana Levi, qui se déroule dans un village près de Metz où l’on retrouve des jeunes filles assassinées, dans une mise en scène étrange qui va rappeler à certains anciens de bien mauvais souvenirs remontant à la Libération. Aline Kiner est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

reportage

Vinciane HaudebourgDescente dans une mine de fer à Neufchef en Lorraine avec un ancien mineur, Antoine Bach.Un kilomètre de galeries pour revivre 150 années d'histoire de ceux qu'on appelait "les gueules jaunes" et pour découvrir l'univers de l'exploitation du minerai.

Les liens

Musée des mines de fer de Lorraine

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.