Pour « Le sens du calme » édiitons du Mercure de France.

Jusqu’en 2009, Jan Karski, ce résistant polonais qui fut envoyé par ses camarades pour ouvrir les yeux des dirigeants occidentaux sur l’extermination des juifs en Europe occupée, était largement ignoré des Français. Quelques milliers de spectateurs de Shoah, le film magistral de Claude Lanzmann, se souvenaient sans doute du terrible récit de sa visite du ghetto de Varsovie. Et de son désespoir, toujours intact, de n’avoir pu se faire entendre, en 1942 et 1943, notamment aux Etats-Unis. Et puis, en 2009, paru un petit livre, intitulé "Jan Karski", d’un écrivain nommé Yannick Haenel. Couronné par le Renaudot, il fut vendu à 90 000 exemplaires.

Une énorme polémique s’ensuivit. Jan Karski n’était plus un inconnu. Yannick Haenel non plus. Même pour ceux que ce livre n’avait pas totalement séduits, la violence incroyable des attaques qu’il a suscité ne pouvaient qu’inciter à la sympathie. Un homme aussi insulté par Claude Lanzmann ne pouvait pas être totalement mauvais ! Yannick Haenel publie aujourd’hui au Mercure de France, dans la collection Traits et Portraits de Colette Fellous, « Le sens du calme », récit en 17 chapitres des moments décisifs de son choix de l’écriture. Comme une réponse, dit-il, aux nombreux lecteurs de Jan Karski qui lui avaient alors demandé les raisons d’un tel livre.

reportage

Aurélie Charon : L'Homme-Jasmin d'Unica Zürn. Rencontre avec la metteur en scène Magali Montoyat et la comédienne Anne Alvaro. Au Théâtre l'Echangeur de Bagnolet. Du 18 au 28 mars

Les liens

L'Echangeur de Bagnolet

Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.