Pour Rick Alperin, professeur de droits de l’Homme à l’université méthodiste de Dallas, Texas, le premier fondement des Etats-Unis en tant que nation est la violence. Violence fondatrice, employée contre la puissance coloniale et contre les occupants originels du territoire ; violence entre Américains, pour obtenir une meilleure place au soleil ; violence envers les Noirs, maintenus en esclavage durant 246 ans, puis discriminés par la suite ; violence légitimée par le sacro-saint droit constitutionnel à porter des armes et s’en servir contre toute menace ; violence, enfin, dans la punition exercée envers ceux qui sont vécus comme différents ou déviants. Comment s’étonner que les Etats-Unis soient, avec la Chine, la Corée du Nord, le Yemen et l’Iran, le pays où l’on exécute autant de condamnés chaque année.

Arnaud Gaillard et Florent Vassault Honk
Arnaud Gaillard et Florent Vassault Honk © Radio France /

Il y a tout juste une semaine, le condamné à mort Hans Skinner, obtenait in extremis un 4è sursis à 24H de son exécution. Celui-ci lui permettra-t-il enfin de faire effectuer des tests ADN qu’il réclame depuis quinze ans en vain ? Sa femme, la française Sandrine Ageorges-Skinner l’espère. Nous l’entendrons au téléphone depuis Houston dans un moment. Ce même 9 novembre sortait en salles en France le film « Honk » réalisé par Arnaud Gaillard et Florent Vassault qui, à travers trois destins d’américains moyens, nous donnent à voir ce que signifie réellement, pour les familles de victimes ou de condamnés, ce culte de la vengeance érigé en loi du talion prêchée jusque dans les églises.

Le reportage de Martine Abat :

Arnaud Gaillard et Florent Vassalt fiment Curtis Mc Carty qui a passé 22 ans dans les couloirs de la mort dans une prison de l’Oklahoma. Il a été condamné pour avoir tué sa petite amie Pam, ce qu’il a toujours nié. Au bout de 22 ans, il a été innocenté par des tests ADN et on a découvert qu’il avait été condamné sur la base de faux témoignages.

Curtis vient d’une famille plutôt favorisée, sans problème particulier. Mais à partir de 15 ans il a commencé à se droguer et s’est coupé de sa famille et de l’école. Son amie Pam était comme lui, issue du même milieu et dépendante de la drogue.

Curtis Mc Carty
Curtis Mc Carty © Florent Vassault / Florent Vassault

J’ai rencontré Curtis McCarty qui était en France il y a peu, invité par l’association Ensemble contre la peine de mort, à rencontrer notamment des jeunes en milieu scolaire. Le 20 octobre dernier il était à Dunkerque, au collège Van Eyck, devant des élèves de 4è. Il leur a longuement raconté son histoire. Curtis s’exprime lentement, presque à voix basse mais il a capté l’attention des élèves qui lui ont ensuite posé des questions très directes. C’est Chéril Pasquier qui assure la traduction.

La programmation musicale :

  • Ch. Bradley.The Menahan Street Band, Stay Away

  • Bob Dylan, Blowin' in the wind

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.