[scald=10837:sdl_editor_representation]Pour son livre « Point de côté » chez Stock J’aime bien répéter cette phrase de Saul Bellow pour qui la littérature console de la méchanceté du monde. J’aime bien aussi ce que dit Philippe Sollers, et que beaucoup d’entre nous ont ressenti, enfant, lorsque nous découvrons avec ivresse qu’enfin les livres nous sont ouverts, présents, amicaux et complices pour la vie. Lire c’est vivre nous avait appris Pierre Dumayet et vivre, pour certains, c’est écrire comme l’a si bellement raconté l’américaine Annie Dillard. C’est de cela dont il va être question ce soir : des livres et de la vie. What else ? Ceux qui aiment les livres la connaissent : Josyane Savigneau, qui dirigea longtemps le Monde des Livres et qui continue d’y écrire après des aléas dont elle a choisi de nous parler dans un livre écrit à la première personne, « Point de côté » paru chez Stock. Après une biographie de Marguerite Yourcenar et un essai sur Carson Mc Cullers, la journaliste a donc décidé de franchir cette frontière qui, dans le métier, interdisait d’écrire « je », même si, dorénavant, les exceptions se multiplient. Elle nous expliquera sûrement pourquoi ce soir ...

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.