[scald=9799:sdl_editor_representation]1971, depuis des générations, les irlandais catholiques du Nord font la guerre à l'occupant anglais. Mais ces années 70 et 80 verront l'apogée du cycle infernal, les meurtres et les attentats des uns entraînant les tirs aveugles, les arrestations arbitraires, les tortures et la multiplication des emprisonnements chez les autres. Et comme dans tous les conflits, celui-ci se compliquant d'une guerre civile, le Bien et le Droit sont revendiqués par les deux parties. Trente ans plus tard, nul n'a oublié les images de désolation de ces villes et de ces familles dévastées par la haine et la violence. Sorj Chalandon était, en ce temps-là, reporter à Libération et il couvrait le conflit irlandais. Son travail lui a même valu le prix Albert Londres, le Goncourt des journalistes. Devenu écrivain, c'est le prix Médicis qu'il a reçu en 2006 pour "Une promesse". Aujourd'hui il publie chez Grasset "Mon traître", un roman bref, dur, qui frappe juste, sur ces années irlandaises qui ne le lâchent pas. Sur la violence et l'amitié, le sacrifice et la trahison, le lyrisme de l'engagement et la difficulté de vivre les yeux ouverts.Sophie Joubert : Rencontre avec Amira Hass, journaliste israelienne en poste depuis 14 ans dans les terrtoires, et Mahmoud Al Safadi, ancien prisonnier politique palestinien, pour la pièce "Murmures". "Murmures" est une pièce écrite par Ariel Cypel et Gaël Chaillat d’après le conversations entre l’israëlienne Amira Hass, journaliste depuis 14 ans dans les territoires occupés pour le quotidien Haaret’z, et le prisonnier palestinien Mahmoud Al Safadi, condamné à 27 ans de prison alors qu’il avait 22 ans pour avoir jeté des cocktails molotov sur des voitures vides à Jerusalem Est. En 2004, une grève de la faim éclate dans la prison d’Ashkelon près de Gaza, et Amira Hass obtient le numéro de portable de l’un des prisonniers, il s’agit donc de Mahmoud Al Safadi. Il faut préciser que les téléphones sont interdits aux prisonniers politiques palestiniens, et depuis 2000, la deuxième intifada les autorités militaires ont même interdit les visites des familles. Donc ces portables clandestins ont vraiment été une

programmation musicale

The Pogues

Dirty Old Town ### Delerm et Franck Monnet

Les embellies de mai ### liens

l'Espace Confluences à Paris, 20ème

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.