pour son livre Dragon bleu, tigre blanc paru chez Liana Levi le 06 Mars

Dragon bleu, tigre blanc
Dragon bleu, tigre blanc © radio-france

Le camarade-inspecteur principal Chen Cao , chef respecté de la brigade des affaires spéciales de Shanghai , vient d’être promu directeur de la commission de réforme juridique sans en être averti. Un titre ronflant qui, il le sait, camoufle une mise à l’écart bien dans le style du parti, soucieux de ménager la popularité d’un policier intègre et compétent. Chen en déduit vite qu’il était sûrement en train d’approcher d’un dossier qui risquait d’embarrasser un important responsable politique. Pourtant, la dernière affaire concernait la mort d’un homme d’affaires américain qui, à priori, ne semblait pas suspecte. Mais, très vite, tous ceux qui pouvaient être des témoins dans l’enquête disparaissent brutalement. Toute ressemblance avec le récent scandale Bo Xilai , convaincu, ainsi que son épouse, de meurtre et de corruption ne serait pas un hasard !

La 9è, et toujours aussi passionnante enquête de l’inspecteur Chen Cao,« Dragon bleu, Tigre blanc » , traduit par Adélaïde Pralon, vient de paraître aux éditions Liana Levi . Depuis 2001 et « Mort d’une héroïne rouge » , nous nous sommes attachés aux pas légers de ce policier poète et philosophe, adepte de proverbes et de citations de TS Eliot, qu’il a d’ailleurs traduit en chinois, et qui ne résiste jamais à un plat d’anguilles de rivière frites ou de soupe de nouilles rouges garnies de poitrine de porc mijotée. Une sorte de double pour son créateur, Qiu Xiaolong , qui lui a donné beaucoup de ses goûts et qui, comme lui, vient d’un quartier populaire de Shanghai et d’une famille ayant beaucoup souffert sous la révolution culturelle. Dorénavant installé à Saint Louis, dans le Missouri, où il a soutenu sa thèse sur TS Eliot et enseigné, Qiu Xiaolong retourne régulièrement dans sa ville natale, afin d’y emmagasiner de quoi nourrir ses livres.

Qiu Xiaolong est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde. Michel Zlotovski sera notre interprète.

Le reportage de Rémi Douat

J’ai rencontré Martin Shi à Belleville . Il a 30 ans et il est arrivé en France à l’âge de 16 ans après un très long voyage à l’arrière d’un camion. Nous nous sommes promenés ensemble dans ce quartier qu’il aime tant et pour lequel il a décidé de s’engager en politique lors des prochaines élections municipales .

Martin Shi , ex sans-papier figure donc sur la liste de Frédérique Calendra , l’actuelle maire socialiste du 20ème arrondissement

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.