Thomas Bernhardt n'avait de sympathie que pour ce qu'il classait dans la catégorie des "anormaux" : fous alcooliques, artistes, philosophes et, de préférence philosophes fous. Le reste de l'humanité, surtout s'il s'agissait d'autrichiens, ses compatriotes, n'était, pour lui, que du fumier. Ses pièces les plus connues : Déjeuner chez Wittgenstein, Avant la retraite, Minetto ou Place des héros, sont des charges violentes et souvent drôles contre ses contemporains, leur bon goût, leur conformisme qui cachent bien mal les haines recuites des vaincus du nazisme que le dramaturge n'a cessé de dénoncer. "L'ignorant et le fou" est la deuxième pièce de Thomas Bernhardt, écrite en 1972, et pas la plus facile d'accès. Une cantatrice phtisique, parvenue au sommet de sa carrière, finit, encouragée par un mystérieux docteur qui semble partager sa vie et celle de son vieux père alcoolique et aveugle, par cracher sa haine de son art et son dégoût du public. Célie Pauthe, met en scène "L'ignorant et le fou" au théâtre Gérard Philipe de Saint Denis jusqu'au 4 février, avec ses deux complices de la compagnie Irakli, Violaine Schwartz et Pierre Baux. Monté d'abord à Starsbourg l'an dernier, le spectacle partira ensuite pour Colmar, les 14 et 15 mars, puis à Marseille du 29 au 13 avril.

Sophie Joubert : Rencontre avec les comédiens.

programmation musicale

Saule

Le baiser ### Mozart

La reine de la nuit ### Anja Garbarek

The last trick

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.