pour son dernier livreAvenue des mystères - traduit par Josée Kamoun et Olivier Grenot - paru aux éditions du Seuil

Avenue des mystères, de John Irving
Avenue des mystères, de John Irving © Editions du Seuil

Juan Diego Guerrero est, comme il aime à le souligner, un écrivain américain de l’Iowa.

Son teint basané et ses cheveux aile de corbeau appartiennent, comme son pied déformé, à une première vie qu’il a laissé derrière lui en quittant, adolescent, le Mexique. Né d’une mère prostituée, grandi sur la décharge d’Oaxaca au côté d’une petite sœur extralucide s’exprimant dans un langage que lui seul parvient à comprendre, son enfance est le terreau fertile qui nourrit son écriture.

Car le surdoué Juan Diego a appris à lire tout seul, arrachant au feu perpétuel de la décharge les livres que les missionnaires condamnaient à la destruction.

Lorsque le récit commence, l’écrivain prend l’avion pour les Philippines, en compagnie de deux femmes très séduisantes mais très étranges, qui l’accompagneront jusqu’au terme de son voyage, qui est également celui de sa vie.

Entre-temps il aura revécu intensément celle-ci dans ses rêves, y retrouvant sa mère Esperanza, morte écrasée par une statue de la Vierge, sa sœur Lupe, dévorée par un lion dans le cirque où ils avaient trouvé refuge, et ses parents adoptifs, un ex-missionnaire jésuite ayant épousé une transsexuelle prostituée, avec lesquels il a pu s’installer aux États-Unis.

Il est certain qu’à l’écoute de ce très bref résumé d’un livre baroque, foisonnant, où l’on trouve l’éloge de la différence, la détestation de la bigoterie, la condamnation de l’Église, des scènes de sexe débridé, des prostituées au grand cœur et des accidents de la vie qui mutilent sans briser l’élan vital, les lecteurs de ses précédents livres auront reconnu l’univers si particulier du maestro John Irving.

C’est en effet de son dernier livre,Avenue des Mystère, traduit par Josée Kamoun et Olivier Grenot, tout juste paru au Seuil, qu’il nous parlera ce soir.

Comme dansLe monde selon Garp , comme dansÀ moi seul bien des personnages , dont il était venu nous entretenir en 2013, nous retrouvons dans ce dernier roman la belle liberté d’une écriture incroyablement inventive, provocante, hilarante et profondément grave, qui est sa marque de fabrique.

Pas sûr qu’Avenue des Mystères devienne un best seller au Vatican, mais ses lecteurs – qui sont le plus souvent des lectrices - on le sait- le dévoreront avec appétit.

John Irving est donc, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde . Michel Zlotovski sera notre interprète.

Les liens

Les éditions du Seuil

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.