« Avant, on nous respectait » se lamente le ministre. « Vous brassez du vent et ne connaissez rien à notre quotidien » cingle la citoyenne de base. Dialogue impossible entre le sommet et la base, l’un prétendant agir au nom d’intérêts supérieurs, que le bon peuple ne peut évidemment pas comprendre, l’autre alignant rageusement les preuves d’une faillite quotidienne qui pourrit la vie de tous. Il fut un temps, souvenons nous, où l’électeur se rendait aux urnes l’espérance au cœur. En ce temps-là le futur ministre croyait sincèrement qu’il allait changer la vie en mieux. Dorénavant un gouffre les sépare. Mais comment s’est-il creusé ?

L'exercice de l'Etat
L'exercice de l'Etat © Jérôme Prébois

« L’exercice de l’Etat » n’est évidemment pas un long fleuve tranquille coulant au milieu d’un lit de roses, nous avons payé pour le savoir. Mais aujourd’hui c’est un film absolument formidable, écrit et réalisé par Pierre Schoeller qui sort demain en salles. Il nous raconte, sur un rythme haletant et avec des dialogues au cordeau, l’irrésistible ascension de Bertrand Saint-Jean, jeune et ambitieux ministre des Transports, qui devra, comme les copains, choisir entre ses convictions et son destin national. Olivier Gourmet, Michel Blanc et Zabou Breitman sont juste parfaits : odieux, touchants, crédibles, désespérants de vérité. « L’exercice de l’Etat » est le premier film français qui nous parle vraiment de politique, sans la moindre complaisance, et avec une justesse jusqu’ici réservée aux films étrangers.

Reportage Baptiste Etchegaray :

Jacques Séguéla
Jacques Séguéla © Olivier Roller

Rencontre avec Olivier Roller, photographe, fasciné par le pouvoir ; il a entrepris une longue série de portraits de puissants : les hommes politiques, les financiers, les grands patrons de presse, les publicitaires etc.. pour savoir comment le pouvoir s’inscrit sur ces personnages, sur leurs visages. Des photos à 1000 lieues des portraits généralement publiés dans les magazines, ici pas de retouche, au contraire : les puissants chez Olivier Roller sont cadrés très serrés, éclairés par un simple néon de cuisine, ce sont des visages nus sur lesquels on lit les rides, les poches sous les yeux, la peau marquée et donc aussi la dureté, la fatigue, la violence de la vie que ces gens mènent. Etrangement, ils accourent tous dans son petit studio photo pour se faire tirer ce portrait peu flatteur...

Le site d'Olivier Roller :

http://www.olivierroller.com/

Programmation Musicale :

- Vanessa Paradis, La Seine

- Charlie Winston, Hello Alone

- Delerm/ Cherhal, Les gens qui doutent

Evénement(s) lié(s)

L'exercice de l'état

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.