pour son livre La liste de Freud - traduit du macédonien par Harita Wybrands- publié aux éditions Belfond

La liste de Freud - éditions Belfond
La liste de Freud - éditions Belfond © Radio France

En juin 1938, lorsqu’il consent finalement à quitter l’Autriche occupée par les nazis après que sa fille Anna a été arrêtée et détenue un temps par la gestapo, Sigmund Freud sait qu’il ne reviendra pas. Le père de la psychanalyse a 82 ans, son cancer de la bouche lui a déjà valu 33 opérations. Il part en exil à Londres accompagné de ses proches : sa femme et sa belle sœur, sa fille, mais aussi son médecin et sa famille, ainsi que ses domestiques. En revanche quatre de ses sœurs vont demeurer à Vienne, recluses dans l’appartement familial : Rosa, Maria, Adolphine et Pauline. Ce sont de vieilles dames, seules et terrorisées par les exactions envers les juïfs auxquelles se livrent quotidiennement les allemands. Elles seront finalement déportées en 1942.

Parmi elles Adolphine. Née en 1862, elle a six ans de moins que son frère Sigmund. Entre eux un lien particulier s’est instauré depuis leur enfance. Il a tenté, un temps, de la protéger de leur mère Amalia, qui la rabroue et lui interdit toute vie en dehors du foyer. Dans cette nombreuse fratrie, Adolphine a en effet été choisie pour être celle qui s’occupera de ses parents jusqu’à leur mort.

C’est la vie de cette femme oubliée, écrasée par l’ombre gigantesque de son frère, disparue sans laisser de traces, que l’écrivain macédonien Goce Smilevski a entrepris de raconter, comblant ainsi les trous de l’histoire. Au seuil de la chambre à gaz, Adolphine se souvient de son intimité avec ce frère tant admiré, de sa solitude auprès d’une mère odieuse, de son internement dans un asile psychiatrique auprès de Klara, la sœur du peintre Gustav Klimt. Un livre troublant et attachant.

Goce Smilevski est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde . Xavier Combe sera notre interprète

Le reportage de Vinciane Laumonier-Haudebourg

autour des photographies d'Alecio de Andrade - 1975 - et de l'expositionRue des Rosiers, au musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme .

Les bouchers - photo d'Alecio de Andrade
Les bouchers - photo d'Alecio de Andrade © Radio France

Le Pletzl, la petite place en yiddish, est le quartier traditionnel Juïf à Paris. Six artères, dont la rue des rosiers, qui forment un quartier village.

Le photographe y capte la vie des habitants et les rituels du quotidien, en noir et blanc et en immersion, avec poésie et tendresse.

Elizabeth Kurstag est d’origine polonaise et arrive à paris en 1958 à l’âge de 3 ans. Elle grandira dans le quartier de la rue des rosiers entre pauvreté et entraide familiale .

Parcourir avec elle les clichés d’Alecio de Andrade, c’est coller l’œil à la fenêtre, voir le Pletzl comme elle l’a vécu, exercer le regard à un cadre intime et surtout laisser les souvenirs remonter …

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.