pour son livre L'homme de la montagne - traduit par Françoise Adelstain -aux éditions Philippe Rey

et

Réédition deBaby Love (2013) en 10/18

Joyce Maynard-L'homme de la montagne"
Joyce Maynard-L'homme de la montagne" © Philippe Rey / Joyce Maynard

Rachel, 13 ans, et sa sœur Patty, 11 ans, vivent seules avec leur mère en bordure d’une colline broussailleuse, abandonnée aux chats sauvages, aux joggers et aux amoureux en quête de solitude.

Pas beaucoup d’argent à la maison, ni de conversations, ni de distractions. Alors elles observent leurs voisins et inventent des histoires rocambolesques. Leur père adoré, le séduisant et brillant inspecteur Toricelli, qui passe les voir trop rarement à leur goût, va se retrouver chargé de l’enquête qui met San Francisco en ébullition : un sadique agresse et étrangle des jeunes femmes sur la colline où ses deux filles adorent aller jouer. Toutes les pistes aboutissent à des impasses et, alors que Rachel et Patty prennent de gros risques pour attirer le tueur, Toricelli ne parviendra jamais à le coincer et y naufragera sa carrière.

Trente ans plus tard, devenue écrivain, Rachel écrira cette histoire et achèvera l’enquête de son père.

L’Homme de la Montagne , tout dernier roman deJoyce Maynard , traduit par Françoise Adelstain, vient de sortir chez Philippe Rey, où ont été publiés tous ses précédents livres, dont Baby Love qui ressort également chez 10/18. L’enquête policière sert ici de prétexte à l’auteur pour une peinture fine et vibrante de cet âge trouble de l’adolescence, où l’on se sent mal dans sa peau, mal dans sa vie, traversé de pulsions incompréhensibles et où l’on observe avec sévérité et envie la vie des adultes.

Dans tous ses livres Joyce Maynard décrit ces années-là, celles pendant lesquelles garçons et filles tentent de trouver leur voie tout en se confrontant violemment au modèle parental.

Comme si elle-même n’en avait toujours pas fini avec la jeune fille de 18 ans qu’elle fût, et qui devint, le 23 avril 1972, avec un article publié en Une du New York Times dans lequel elle racontait sa génération, la coqueluche des media, et fut ainsi remarquée et séduite par l’écrivain mythique J.D.Salinger.

Joyce Maynard est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde . Xavier Combe sera notre interprète.

Joyce Maynard-Baby love
Joyce Maynard-Baby love © Editions 10/18 / Joyce Maynard

Les éditions 10/18 ont réédité Baby Love (2013) de Joyce Maynard

Le reportage de Léa Minod

Les filles des 13 ans.

Treize ans, c’est l’âge de Rachel, la narratrice dans le roman de Joyce Maynard. Et c’est à treize ans que tout arrive et que l’enfance décline, un peu.

Il y a les règles, les boules dans la poitrine et dans le ventre, les éclats de voix. Les grandes tragédies et les larmes qu’on cache. Les pères trop proches ou trop loin. Et pour les mères c’est pareil. Tout est trop à 13 ans.

Et aujourd’hui, où sont passés nos treize ans ? Anne et Pauline, deux anciennes filles de treize ans, se souviennent.

Pauline tragique et douce.

Anne, douce et tragique.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.