pour Une enfance juive en Méditerranée musulmane , récits, et Ecrivain public , nouvelles, aux éditions Bleu autour

Elle s’appelle Leïla, Leïla Sebbar, un nom d’algérienne qui intriguait ses camarades d’école, toutes européennes, dans la petite ville où elle a grandi. Son père, instituteur communiste et arabe, y était le directeur de « l’école de garçons indigènes » , précision inscrite au fronton du bâtiment. Sa mère, française, y enseignait sa langue dans laquelle ses propres enfants ont été élevés. Une enfance protégée, dans le cocon familial, dans l’amour des parents et les livres de la mère. Mais une enfance écartelée entre deux langues, deux cultures, deux pays en train de se séparer. Reconstruite dans les livres, par l’écriture et avec le mouvement d’émancipation des femmes après mai-68, Leïla Sebbar n’en finit pas de combler les trous de l’histoire avec ses mots.

Une enfance juive...
Une enfance juive... © Bleu autour
Ecrivain public
Ecrivain public © Bleu autour

Chez Bleu Autour, belle maison d’édition implantée en Auvergne, Leïla Sebbar publie un recueil de nouvelles autour de l’exil, des déchirures coloniales, de la liberté des femmes. Il porte le titre de l’une d’entre elles, « Ecrivain Public », dédiée à Isabelle Eberhardt. Elle a également dirigé la publication de textes inédits de 34 intellectuels nés au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, au Liban ou en Turquie, entre 1930 et 1960, sur le thème « Une enfance juive en Méditerranée musulmane ». Et Bleu Autour vient de rééditer son roman paru en 1982, « Shérazade, 17 ans, brune, frisée, les yeux verts ».

A noter également la parution ou la réédition de L'Arabe comme un chant secret , récit ; Aftou, djebel Amour , textes ; et de Shéérazade, 17 ans, brune, frisée, les yeux verts , roman... le tout aux éditions Bleu autour

Le reportage de Judith Soussan

Lire Une Enfance juive en Mediterranée musulmane , c'est pour moi un peu comme déambuler dans les souvenirs d'enfance de mes parents : ma mère a grandi à Marrakech, mon père à Alger.

Alors je leur ai tendu mon micro, un soir d'avril, à l'occasion de leur venue à Paris pour célébrer en famille la Pâque juive, cette soirée du "Seder" où l'on se raconte l'histoire merveilleuse de la sortie d'Egypte en mangeant des herbes amères et du pain azyme.

Il était une fois, une enfance au Maghreb, il y a 70 ans...

La programmation musicale

- Claire Denamur, "Rien de moi"

- Tinariwen / Tunde Abedim / Kyp Malone, "Tenere Taqqim Tossam"

- Idir, "Pourquoi cette pluie?"

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.