L'écrivaine américaine Lauren Groff est au micro de Kathleen Evin

Lauren Groff
Lauren Groff © Getty

Lancelot, que l’on appelle Lotto, est l’archétype du jeune Américain parfait : il est beau, rayonnant même, adoré par sa riche famille de Floride et par ses camarades. Le jour de sa remise de diplôme, il rencontre Mathilde qui, elle aussi, termine son cursus universitaire. Solitaire et secrète, cette grande blonde séduit Lotto qui l’épouse sur le champ, entraînant le courroux de sa mère qui lui coupe les vivres. Le couple vit dès lors du seul travail de Mathilde, dans une galerie d’art, Lotto essayant en vain de percer en tant qu’acteur. Le succès arrivera lorsque, poussé par sa femme, il se mettra à écrire des pièces acclamées par la critique. Couple parfait aux yeux de leurs amis et du tout New York, ils vont traverser les folles années 80 de fête en fête, auréolés par la gloire de Lotto et la dévotion de la si parfaite Mathilde. Jusqu’à la crise cardiaque qui fera d’elle une veuve, dévastée par l’absence, pleine de rage et de fureur, revisitant sa vie d’enfant abandonnée, de jeune fille abusée et d’épouse pleine de lourds secrets.

En 2015, lorsque parut aux Etats Unis « Fates and Furies », Barack Obama l’avait proclamé meilleur livre de l’année. Le voici qui débarque en France, sous le titre Les Furies dans une traduction de Carine Chichereau, aux éditions de L’Olivier. Son auteur, Lauren Groff, a écrit, dit-elle, un livre subversif sur le mariage et la réussite sociale, en le dissimulant sous des dehors de roman classique. Deux livres en un en fait : dans la première partie, l’histoire est vue par les yeux de Lotto, un mâle dominant, persuadé de maîtriser parfaitement sa vie et son couple. Dans la deuxième partie, c’est la version de Mathilde que l’on découvre, bien différente de celle de l’homme de sa vie. Un mariage, on le sait, se révèle davantage dans ses secrets que dans ses apparences. Lauren Groff, nul doute, a tout lu sur la question, de Shakespeare à James Salter, d’Henry James à Jeffrey Eugenides, et, avant de partir sur leurs traces, elle a trempé sa plume dans l’acide.

Les Furies est un livre drôle et dérangeant, intelligent et drôlement culotté.

La programmation musicale:

Lady Sir/Gaetan Roussel/Rachida Brakni:Le temps passe

Agnes Obel It's hapening again

Bjork: It's oh so quiet

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.