Dans "Sœurs "de Pascal Rambert, Audrey Bonnet jette au visage de Marina Hands tous les péchés dont elle l’accuse. Mais celle-ci lui rendra coup pour coup. Chacune mettant dans la balance souvenirs d’enfance, cruautés d’adolescence, déboires sentimentaux et frustrations. C’est terrible, déchirant et souvent drôle.

Image de presse de la pièce "Sœurs" de Pascal Rambert
Image de presse de la pièce "Sœurs" de Pascal Rambert © Pauline Roussille

Voici un an, à ce même micro, Pascal Rambert était venu nous parler de sa dernière pièce, Actrice, qui se jouait au théâtre des Bouffes du Nord à Paris. Sur scène une famille se réunissait autour d’une grande actrice mourante, interprétée par Marina Hands. Des adieux théâtraux dynamités par l’irruption de la sœur cadette, incarnée par Audrey Bonnet,en perpétuel conflit avec son aînée. 

Pour Pascal Rambert, ce face à face incandescent fut ressenti, dit-il, comme un appel à creuser ce rapport de sororité, entre amour passion et haine irrépressible. Un an plus tard, dans ce même théâtre, Marina Hands et Audrey Bonnet s’invectivent, se déchirent et s’aiment dans une pièce intitulée Sœurs.

Ici ce n’est pas l’aînée qui se meurt, c’est la mère qui s’est éteinte, et la fille cadette déboule sur le lieu de travail de sa sœur pour lui reprocher de ne pas l’avoir prévenue à temps. Cette mort volée va permettre à Audrey de jeter au visage de Marina tous les péchés, petits et grands, dont elle l’accuse. Mais celle-ci lui rendra coup pour coup. Chacune mettant dans la balance souvenirs d’enfance, cruautés d’adolescence, déboires sentimentaux et frustrations professionnelles. C’est terrible, déchirant, drôle souvent. 

La langue de Rambert précise, répétitive, obsédante, ancrée dans notre présent, nous amène à endosser tour à tour la violence de l’une et le désespoir de l’autre.

► Sœurs se joue encore le 22 janvier prochain à Caen au Panta Théâtre. D'autres dates devraient  suivre.

Extraits de l'entretien avec Marina Hands

Depuis que je suis petite, et que je 'intéresse au théâtre et au cinéma ,  j'ai du mal à m'identifier aux héroïnes, ,..... Pascal Rambert  donne la paroles aux femmes que je vois autour de moi , c'est sa grande force.   Marina Hands 

On est  des passeurs......c'est nous ,avec notre respiration et la façon dont on va composer les phrases nous mêmes  que l'on va transmettre la pièce au final. Il y a l'idée que l 'on va finir l’écriture par le corps , le souffle et le rythme.   Marina Hands 

Je trouve ça incroyablement fort  aujourd’hui  de remettre au théâtre,le verbe,la langue avant toute chose "  Marina Hands

La programmation musicale

Boy George & Antony and the Johnsons  : You are my sister

L'entretien de Pascal Rambert  diffusé dans l'émission est extrait de l'Humeur Vagabonde du  13 janvier 2018 

L'Humeur  Vagabonde vous conseille 

« Mais qui va garder les enfants ? » Aussi sexiste soit-elle, la question mérite, hélas, qu'on la prenne au sérieux. Le partage des tâches familiales reste encore le plus fin révélateur des obstacles à l'égalité entre les sexes.  Ce petit livre témoigne de la longue marche des femmes à la conquête de leur autonomie. À parcourir la succession de ces textes juridiques en France, on est partagé entre la colère et le fou rire. Beaucoup moins humaines que les hommes, en 1789, les femmes ne naissent ni libres, ni égales. Et pour qu'elles ne le deviennent pas, durant plus d'un siècle, le Droit ne leur donne pas de droits, il les en prive.  Aujourd'hui, les femmes les ont à peu près tous conquis. Mais ces droits sont si récents que leur ancrage dans les mœurs reste imparfait, voire réversible. Aux jeunes générations de s'en souvenir...

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.