En Novembre 1994, Salman Rushdie qui vient d'être condamné à mort par une fatwa de l'ayatollah Khomeiny -ce qu'on appelle "un contrat" en bon français chez les truands - va prendre la tête du tout nouveau Parlement International des écrivains créé pour donner aide et refuge aux écrivains empêchés d'écrire partout dans le monde. En 2001, c'est l'écrivain américain Russell Banks qui en deviendra le président, jusqu'à un voyage controversé en Palestine en plein siège de Ramallah par l'armée israëlienne. Russell Banks en France on dirait de lui que c'est un écrivain engagé. Non dans un parti politique mais aux côtés des opprimés, des laissés pour compte de la société libérale, de ceux qui ne se satisfont pas de la bien pensance et des vérités officielles. Aux Etats-Unis où il vit, on appelle ça un traître, un anti patriote, un ami des ennemis en quelque sorte. Et, depuis le 11 semtembre et le début de la croisade du Bien contre le Mal, une telle étiquette peut coûter cher. Aujourd'hui son éditeur français Actes Sud, republie des livres en collection Babel poche : "Histoire de réussir" et "Sous le règne de Bone". Et en septembre, en coédition avec Arte, sortira l'Amérique de "Russell Banks".

Rencontre avec Christian Salmon, écrivain, sécrétaire général du Parlement International des Ecrivains (PIE), nous explique quelles raisons ont conduit cette association à s'auto-dissoudre en 2003 et comment il souhaite dans l'avenir, relancer la revue Autodafé, émanation du PIE.3

programmation musicale

Kaolin

Partons vite ### Alain Bashung

Bruxelles ### Cheikh LO

Kelle Magni ### Mahlatini and the Mahotella Queens

Kazet

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.