Quelques jours après que la Marine Britannique a attaqué et coulé la flotte française mouillée dans la rade de Mers El-Kébir, le 3 juillet 1940, le premier ministre Winston Churchill justifie sa décision au micro de Radio Londres. Empêcher les allemands de mettre la main sur les bateaux français était en effet une question de vie ou de mort pour l'Angleterre. Plus de 1300 marins français payèrent de leur vie ce qui fut considéré alors, y compris chez certains officiers anglais, comme une opération déshonorante. L'origine du drame, par-delà les défaillances établies de l'amiral Gensoul qui commandait à Mers El Kébir, sont à rechercher dans la perte de confiance de Churchill envers les français, le maréchal Pétain et l'amiral Darlan ayant accepté des conditions d'armistice qui ne mettaient pas la flotte française à l'abris des visées allemandes. Dominique Lormier, historien et spécialiste de la seconde guerre mondiale, publie aux éditions Calmann-Lévy "Mers El Kébir, Juillet 1940", un livre très documenté qui remet cet épisode terrible dans le contexte politique et militaire d'alors.

Martine Abat : Que reste-t-il aujourd’hui comme trace de cet épisode dramatique ? Rencontre avec Jean Bressoles, membre de l’association A la mer, qui s’est donné pour tâche de garder vivante la mémoire des marins tombés à Mers El-Kébir et qui a notamment œuvré auprès du Ministère des anciens combattants afin que le cimetière où sont inhumés les marins tombés en juillet 40, ce cimetière soit réhabilité. Aujourd'hui il demande que les dépouilles des marins soient rapatriées en France...

programmation musicale

Marlene Dietrich

Lili Marlene ### Malouma

Casablanca ### Nicolas Repac

Au bout du monde ### liens

Association A la mer

Association Mers El-Kébir

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.