pour son essai La fin de l'homme rouge - ou le temps du désenchantement - traduit par Sophie Benech - Prix Médicis Essai 2013 - paru chez Actes Sud.

Livre "La fin de l'homme rouge"
Livre "La fin de l'homme rouge" © Radio France

Elle s’appelle Alice, elle a 35 ans, elle est russe et travaille dans la publicité.

Pour elle, comme pour beaucoup de ceux de sa génération, la vie a vraiment commencé en 1991, lorsque le capitalisme a triomphé des derniers défenseurs du communisme. Ses parents, elle les regarde aujourd’hui avec commisération : quelle bêtise de préférer les livres, le théâtre, les débats d’idées et une société égalitaire à la consommation effrénée, à l’égoïsme, à la jouissance personnelle.

Alice est une voix, parmi des dizaines d’autres, d’hommes et de femmes, vieux et jeunes, paysans et intellectuels, anciens déportés et ex-soldats, veuves de guerre et réfugiés arméniens, rouges et blancs, qui racontent l’histoire tragique et héroïque, sanglante et absurde, intime et chorale de la fin de l’empire soviétique.

La fin de l’Homme Rouge ou le temps du désenchantement , magnifiquement traduit par Sophie Benech, publié chez Actes Sud à la rentrée dernière a reçu le Prix Medicis de l’essai 2013.

Svetlana Alexievitch a mis près de vingt ans pour l’écrire, transcrivant peu à peu des centaines d’entretiens au long cours qui racontent, dans une langue magnifique, l’épopée soviétique et la naissance de la nouvelle Russie à travers autant d’histoires intimes et de destins singuliers. Livre symphonique, captivant, bouleversant qui explique mieux que toutes les enquêtes historico-journalistiques les récents soubresauts aux confins de l’ex-empire soviétique. Autrefois, malgré les souffrances effroyables de millions de personnes, il y avait la fierté et la croyance en un monde nouveau bâti sur le sacrifice des hommes. A l’arrivée, ceux qui avaient tout accepté pour des idées se sont retrouvés les mains vides, vaincus par Mac Donald et Mercedes, gouvernés par l’argent et le crime.

Svetlana Alexievitch, qui sera mercredi 21 à 21h aux Assises internationales du roman à Lyon, est ce soir l’invitée de l’Humeur Vagabonbe - Alissa Kats traduira ses propos__

Svetlana Alexievitch est invitée aux8èmes Assises Internationales du Roman à Lyon (AIR) - organisées par la Villa Gillet etLe Monde - un partenariatFrance Inter

Plus d’infos :

www.villagillet.net

La Villa Gillet - 25, Rue Chazière 69004 Lyon - France Tel: 04 78 27 02 48 Les Assises Internationales du Roman à Lyon du 19 au 25 mai

Les archives INA par Claire Teisseire

Programmation spéciale :

  • le premier titre : le groupe Nytsa interprète l'hymne national russe (musique reggae)

  • le second titre : Elena Frolova interprèteWinter wedding (en Russe)
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.