[scald=9947:sdl_editor_representation]L'auteur des "Ames grises", Renaudot 2003 qui fut porté à l'écran par Yves Angelo, s'est décidé à passer à la réalisation, lui qui enseigne maintenant le cinéma à l'université de Nancy. Son film "Il y a longtemps que je t'aime" est né lors d'un séjour en Laponie et s'est nourri de sa propre expérience de professeur en milieu carcéral. Juliette interprétée par Krstin Scott Thomas, sort en prison où elle a passé quinze années pour avoir tué son petit garçon. Elle est dorénavant libre, mais pour elle, l'enfermement dans la douleur n'a pas de fin. Sa soeur, Léa, interprétée par Elsa Zylberstein, l'accueille chez elle, sans avoir d'explication à ce geste impensable, et sans oser en demander à celle dont elle a tout oublié ou presque. "Il y a longtemps que je t'aime", qui sort aujourd'hui sur les écrans, est l'histoire d'un renaissance au monde, qui nous parle de l'importance des livres, de la place de la beauté dans nos vies et aussi de ce sentiment si essentiel qui se nomme fraternité. Mais s'il avoue avoir délaissé sa place d'écrivain, pendant toute la durée du tournage et du montage, Philippe Claudel n'a pu oublier tout-à-fait le stylo. Il publie chez Stock "Petite fabrique des rêves et des réalités" qui est une sorte de carnet de route de ce voyage au pays des acteurs.Martine Abat : Rencontre avec Bernard Queysanne à l'occasion de la sortie en DVD du film de Georges Pérec et Bernard Queysanne qui s’intitule « Un homme qui dort ». Ce film, sorti en 1974 a obtenu à l’époque le prix Jean Vigo. Le scénario est tiré du livre éponyme de Pérec « Un homme qui dort » dont il pensait que c’était là son livre le plus visuel et le plus adaptable au cinéma. Il a demandé à Queysanne, alors assistant réalisateur de l’aider et avec trois francs six sous, ils vont se lancer dans le tournage. Le film raconte l’histoire d’un jeune homme, un étudiant qui vit sous les toits de Paris dans une petite chambre de bonne et qui décide un matin de ne pas aller passer son examen de sociologie et de ne plus rien faire d’autre que se nourrir, marcher dans la ville, de ne plus voir personne, de se retirer du monde. Sans dialogue, avec seulement une voix off pour nous dire la tempête sous le crâne du jeune homme, Pérec et Queysanne parviennent à filmer l’angoisse, la douleur d’exister, la perte de l’

programmation musicale

Jean-Louis Aubert chante Barbara

Quand reviendras-tu ### The Heavy

Set me free ### Vanessa Paradis

L'incendie

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.