pour son premier romanAprès l'orage paru ce 6 Mars aux éditions Métaillé

Après l'orage
Après l'orage © radio-france

Au milieu de nulle part, au bord d’une route où ne passent que de rares véhicules, avec, à perte de vue, un paysage desséché, poussiéreux, écrasé de chaleur, un petit garage de planches et de tôles environné de carcasses de voitures rouillées. Celui qui y vit et y travaille s’appelle Brauer, mais on dit El Gringo . C’est un homme grand et fort, d’une cinquantaine d’années, avec des moustaches rousses et des cheveux longs. Avec lui, un ado, mince, silencieux, très brun, qui répond au nom de Tapioca . Ce jour-là ils doivent accueillir dans leur cahute un homme étrange qui ne cesse de parler de Dieu, du Diable et du royaume des Cieux. Il se présente commele révérend Pearson , et il voyage dans une vieille guimbarde, celle qui vient de tomber en panne juste ici, avec sa fille Leni , une jeune fille en colère de seize ans à peine. En une journée et une nuit ces quatre personnages vont se jauger, s’affronter et se quitter, tandis que monte l’orage qui apporte les senteurs de la forêt, loin derrière l’horizon.

Après l’orage, premier roman de l’argentine Selva Almada, traduit par Laura Alcoba, vient de paraître aux éditions Métailié . Le récit se déroule aujourd’hui, dans la zone désertique du Chaco située au nord-est de Buenos Aires , mais il aurait pu avoir lieu dans le sud des Etats Unis au début du XXè siècle. La solitude, la peur de Dieu et des mystères de la nature, la violence des hommes et leur dénuement, les rêves d’ailleurs des plus jeunes, trame éternelle de l’histoire universelle. Mais ce huis-clos sous le ciel bleu cobalt du désert argentin nous agrippe dès la première ligne et ne nous laisse plus respirer jusqu’au dénouement d’une infinie tristesse. L’Argentine est, cette année, l’invitée d’honneur du Salon du Livre qui ouvre ses portes demain à Paris.

Selva Almada, tout juste débarquée de l’avion, est, elle, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde. Claudine Rimattei sera notre interprète.

Le reportage de Vinciane Laumonier

Vida mia tango
Vida mia tango © Radio France / Carlos Nine

L’argentine truculente de Carlos Nine.

Carlos Nine est un auteur illustrateur qui a toujours vécu à Buenos Aires . Il fait surgir de ses dessins et pastels une Argentine fantasque, joyeuse, grotesque parfois, mais toujours peuplée de personnages truculents et surréalistes qui naviguent entre l’homme, l’animal et l’objet. Dans son dernier ouvrage, Rapport visuel sur la ville de Buenos aires et ses environs , il illustre les mythes et légendes qui ont façonné la ville.

Découverte de ses planches exposées à la Galerie Champaka à Paris .

Jusqu’au 12 avril à la Galerie Champaka,Paris.

Site de la galerie Champaka : http://www.galeriechampaka.com/?page_id=5804

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.