pour son roman graphique Ô nuit, ô mes yeux : Le Carie, Beyrouth, Damas, Jerusalem paru chez POL

Lamia Ziadé - "ô nuit, ô mes yeux : le Caire, Beyrouth, Damas, Jérusalem"
Lamia Ziadé - "ô nuit, ô mes yeux : le Caire, Beyrouth, Damas, Jérusalem" © POL / Lamia Ziadé

Il y a tout juste un an la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani, évoquait à ce micro l’importance qu’avaient eu, à leur époque, trois artistes emblématiques du renouveau de la musique et du chant au Moyen Orient des années 30 jusqu’aux années 70 : Oum Kalthoum, Asmahan et Fairouz.

Des femmes qui avaient su s’émanciper dans des sociétés patriarcales grâce à leur talent et leur obstination à se rebeller, mais souvent au prix fort.

Trois chanteuses d’exception, dont l’influence sur les générations de musiciens qui leur ont succédé est évidente aujourd’hui encore.

Mais la trajectoire de ces femmes, sur la scène, au cinéma et à travers la radio, n’aurait sans doute pas été aussi brillante à une autre époque.

On a du mal à le croire, mais entre les deux guerres, et jusque dans les années 60, autour du Caire, capitale intellectuelle et artistique cosmopolite et tolérante, tout le Proche Orient a connu un âge d’or, durant lequel les femmes pouvaient accéder à une certaine autonomie, et où les artistes étaient libres, et vénérés, quelle que soit leur religion et leur origine.

Lamia Ziadé , qui nous avait déjà éblouis voici cinq ans avec Bye Bye Babylone, son premier roman graphique, paru chez Denoël, sur son enfance à Beyrouth pendant la guerre civile au Liban, revient aujourd’hui avec un formidable récit, foisonnant, surprenant, sur ces années folles au Levant, autour de Damas, Beyrouth et Le Caire.

Au départ Lamia Ziadé voulait seulement raconter la vie de ces trois femmes qui avaient durablement impressionnés ses grands parents. Mais ses recherches l’ont plongée dans un univers si riche, si inattendu, que c’est finalement toute l’histoire de ce monde disparu où se mêlaient émirs, espions, artistes, princesses, prostituées, danseuses, producteurs et diplomates, au long de nuits sans fin copieusement arrosées, qu’elle a entrepris de raconter et de peindre.

Ce gros livre fascinant vient de paraître aux éditions P.O.L. sous le titre Ô mes nuits, ô mes yeux , illustré par des gouaches colorées, souvent kitsch, recelant mille et un détails vrais comme autant de cartes postales de l’époque. Il se déguste à petites gorgées, comme un alcool fort.

Lamia Ziadé est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde

http://www.lamiaziade.com/

Exposition

EXOTIC GIRLS

une exposition de Danielle ARBID avec Lamia Ziadé

Exotic girls, exposition de Danielle Arbid avec Lamia Ziadé
Exotic girls, exposition de Danielle Arbid avec Lamia Ziadé © Danielle Arbid et Lamia Ziadé / Danielle Arbid et Lamia Ziadé

à partir du mercredi 25 novembre à la Galerie Cinéma

en partenariat avec l'Office du Tourisme du Liban et l'Institut du Monde Arabe

Le reportage d'Elsa Daynac

Rencontre avecWalid Bensalim, du groupe N3rdistan Il existe un pays sans frontière où la langue universelle se nomme musique. Ce pays, c’est le N3rdistan. Ses habitants sont des citoyens du monde. Ils viennent du Maroc, de France, ou de Mars, Et jouent ensemble une musique hybride où se rencontre mélodies arabes, sons électroniques, free jazz, et rap américain. C’est une terre de tous les possibles. Dans une forêt, Une Kora parle avec un beat de basses, Ils ne comprennent pas ce qui se passe dans ce bas monde. Mais ils sont d’accord sur une chose : Il faut rester debout, et chanter la liberté. N3rdistan En concert à l’institut du monde arabe le 21 novembre à 20 heures

http://www.n3rdistan.org/ http://www.imarabe.org/musique/aux-frontieres-de-l-oriental-beat

Programmation musicale

-Asmahan : Ya habibi taala (Mon amour vient vite)

-Leila Mourad :Gawab habibi

-Oum Kalsoum :Zokra saad zaghloul

-Fairouz : Khudni

__

Les archives INA et extraits sonores diffusés ce soir

Dorsaf HAMDANI: Elle évoque Oum Kalthoum, Asmahan, Fayrouz

ARCHIVE INA -L''Humeur Vagabonde 30/10/2014

Oum Kalthoum: L’importance du Coran dans son art (date? référence?)

ARCHIVE INA « Les magiciens de la terre : Hommage à Oum Kalthoum » 05.02.1995 Daniel Caux

Fairouz: Elle a découvert la musique enfant, à travers la radio de ses voisins

Documentaire de Fréderic Mitterrand -1998 (LA SEPT -ARTE et Morgane Productions )

__

__

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.