Faire entendre les mots connus et d’autres qui le sont moins de Louis Aragon et Elsa Triolet,c’est ce moment de grâce que nous offrent Ariane Ascaride et Didier Bezace en disant ces textes qui s’installent à jamais dans nos mémoires.

« Il y aura la jeunesse d’aimer » Aragon. Lecture par Ariane Ascaride et Didier Bezace.
« Il y aura la jeunesse d’aimer » Aragon. Lecture par Ariane Ascaride et Didier Bezace. © Nathalie Hervieux 2015

Parmi les couples mythiques de la littérature française, celui que formèrent, quarante années durant, Elsa Triolet et Louis Aragon brille tout particulièrement. Car son immortalité est assurée par la flamboyance et l’immense popularité des poèmes de celui qui signa « Le Fou d’Elsa. Mais, au contraire du duo Sartre-Beauvoir, nulle égalité de célébrité et de traitement n’a bénéficié à Elsa Triolet, toujours largement éclipsée par sa « prima donna » de mari, comme elle le désigna parfois. Pourtant, première femme à recevoir le prix Goncourt en 1944, celle-ci fut une écrivaine talentueuse, féministe en avance sur son temps, dotée d’un humour féroce, qui mérite amplement qu’on la lise pour elle-même.

« Il y aura la jeunesse d’aimer » Aragon. Lecture par Ariane Ascaride et Didier Bezace.
« Il y aura la jeunesse d’aimer » Aragon. Lecture par Ariane Ascaride et Didier Bezace. / Nathalie Hervieux 2015

Avec la complicité d’Ariane Ascaride, Didier Bezace a mis en scène et interprète des textes du couple, certains très connus, d’autres plus étonnants pour qui s’est arrêté à la surface des choses. Son spectacle « Il y aura la jeunesse d’aimer », est à voir jusqu’au 24 novembre au Lucernaire à Paris et en tournéedans toute la France en 2020 . L’occasion de réentendre les poèmes fameux qui nous trottent dans la tête, et de découvrir des extraits des livres des deux écrivains, ainsi que certaines lettres échangées vers la fin de leur vie à deux. Un moment de grâce que nous offrent deux comédiens que l’on sent aussi heureux dans l’exercice que le sont, à l’évidence, les spectateurs.

La pièce _Jacob Jacob ,_évoquée par Didier Bezace ,mise en scène par Dyssia Loubatière  est en tournée cet automne dans toute la France 

L'Humeur Vagbonde vous recommande :

J'aime pas Proust, de Christian Clères à voir lundi 28 octobre à 23 Heures sur France 3 Normandie ( et visible partout en France  en replay dès le lendemain sur le site france.tv ). 

La programmation musicale:

Léo Ferré :Elsa 

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.