[scald=12771:sdl_editor_representation]Pour « Voyage au pays des merveilles » tome 1 Edité par Imagine&Co Plaisir simple d’un bol de chocolat chaud, épais et parfumé, d’une barre de chocolat noir rapée sur une tranche de bon pain frais tartiné de beurre salé ; mais aussi plaisir raffiné de grands crus de chocolat mariés au poivre, au safran, au gingembre, au piment…Comment mieux unir les souvenirs de l’enfance au péché gourmand d’aujourd’hui ? Grâce soit donc rendue aux Mayas qui, au Vè siècle de notre ère, avaient su apprivoiser cette cabosse magique pour en faire, déjà, une boisson des dieux. Du chocolat donc, mais aussi du lait, du sucre, de la vanille, de la cannelle, le parfum de l’orange de Noël, la douceur du miel, la promesse d’un ailleurs dans une noix de coco….C’est à un « Voyage au pays des Merveilles », à travers les souvenirs de l’enfance, que nous convie aujourd’hui notre ami cuisinier-corsaire, Olivier Roellinger, avec ce superbe livre, plein d’histoires et de recettes, qui vient de paraître chez Imagine&Co. Couronné en 2006 d’une très méritée 3è étoile, le chef des Maisons de Bricourt à Cancale avait décidé de raccrocher son tablier le 15 décembre 2008. Pour reprendre pied dans la vraie vie, se consacrer à ceux qu’il aime et aussi à ce qu’il aime : les voyages, les épices, et ceux qui les cultivent sur tous les continents.Martine Abat : L’umami, c’est la 5ème saveur reconnue par les japonais. Là où, en France, en Occident, nous ne reconnaissons que quatre saveurs, salé sucré amer acide, les japonais en reconnaissent une cinquième appelée umami. C’est en lisant le livre d’Emmanuelle Jary, ethnologue de formation et qui vient de publier « Le vrai goût du Japon » aux éditions Aubanel avec des photographies de Jean-Françoise Mallet, que j’ai découvert son existence. L'auteur explique combien au Japon cette saveur est privilégiée, avec un statut à part dans l’architecture du goût : l'umami donnerai du relief aux quatre autres savuers. Sur les conseils d’Emmanuelle Jary, je suis allée rendre visite à Monsieur Kuroda, qui tient l'épicerie fine Issé Workshop, où l’on peut aussi déjeuner, dans le quartier japonais de la capitale, près de l’opéra. Il m’a initiée à ce goût Umami, devant un bouillon dashi, et j’ai tenté de déceler pour la première fois, la cinquième saveur japonaise…

programmation musicale

Layori

Dada ### Suphala

I feel awake aven though this is e dream ### liens

Les épices Roellinger

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.