Marie-Nicole Lemieux est ce soir l'invitée de l'Humeur Vagabonde pour la sortie de son disque d'airs d'opéra « Opera arias - Gluck, Haydn, Mozart » le 26 février 2013 chez Naïve

Marie-Nicole Lemieux
Marie-Nicole Lemieux © Naïve

Il y a dans la vie des rencontres décisives. En 2003, pour l’Orlando Furioso qu’il cherche à monter, le chef d’orchestre Jean-Christophe Spinosi, rencontre la jeune contralto québécoise Marie-Nicole Lemieux à qui le prix de la reine Fabiola, reçu trois ans auparavant, a ouvert soudain toutes les portes. C’est elle qui, finalement, sera Orlando, bottée et barbue, aux côtés du contre-ténor Jean-Philippe Jarroussky. Ce sera un triomphe et le début d’un fructueux compagnonnage, amical et professionnel. Ces trois là étaient faits pour s’entendre, travailleurs acharnés, perfectionnistes fous mais ne pouvant exercer leur art que dans le plaisir et le rire. Leur Orlando, qui a tourné sur les plus grandes scènes et a été repris en France en 2011, est édité chez Naïve classique.

C’est également chez Naïve que Marie-Nicole Lemieux a sorti, en 2010, un CD consacré à l’opéra français du XIXè, Massenet, Halévy, Bizet, Saint Saens et Offenbach, sous le titre « ne me refuse pas » qui a reçu le grand prix de l’académie Charles Cros. Aujourd’hui elle revient au baroque avec un disque d’airs d’opéra de Gluck, Haydn et Mozart, enregistré à Québec avec les Violons du Roy dirigés par Bernard Labadie, dans lequel elle déploie sa voix chaude et vibrante sur une palette qui va des graves aux aigus avec une aisance éblouissante. A partir du 27 février elle reprendra son rôle fétiche de Mrs Quickly dans le Falstaff de Verdi à l’Opéra Bastille jusqu’au 24 mars , avant des récitals à l’Opéra de Paris, au Théâtre des Champs Elysées et au Musée d’Orsay.

Les prochains concerts de Marie-Nicole Lemieux

  • Du 27 février au 24 mars 2013, Falstaff de Verdi, à l'Opéra de Paris

  • Le 7 mars 2013, Récital Lekeu, Chausson, Alma Mahler, Elgar à l'Amphithéâtre de l'Opéra de Paris

  • Le 6 mai 2013, Petite messe solennelle de Rossini, au Théâtre de Champs Elysées à Paris

  • Le 16 mai 2013, Récital mélodies de Fauré, Hahn, Duparc, Koechlin au Musée D'Orsay à Paris

A noter : Marie-Nicole Lemieux sera l'invitée de France Musique toute la journée le jeudi 14 mars.

Le reportage de Vinciane Haudebourg

Xenia d'Ambrosio
Xenia d'Ambrosio © Xenia d'Ambrosio

Il n'est pas toujours évident d'être contralto et surtout de le devenir. Témoignage d'une jeune chanteuse contralto qui n’a découvert la tessiture véritable de sa voix qu’il y a 2 ans, après un parcours labyrinthique de 15 années. Xenia D’Ambrosio a d’abord été catégorisée soprano dramatique, puis soprano léger puis mezzo soprano lyrique, et enfin contralto... Voila le périple d’une voix grave mal diagnostiquée et contrariée. Aujourd’hui Xenia a trouvé sa voix contralto colorature: "contralto" la voix féminine la plus grave et "colorature" parce qu’elle a un ambitus large c’est à dire une facilité à vocaliser du grave vers l’aigu. Elle chante dans le chœur de l’opéra de Paris et en solo du répertoire baroque.

Les liens

Le site officiel de Marie-Nicole Lemieux

Projections de Falstaff dans les cinémas UGC

Le site Internet de Xenia d'Ambrosio

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.