C’est toujours un vrai plaisir de se plonger dans les récits de Richard Morgiève, qui, sur une impeccable trame historique, nous captive par son écriture érudite alliant humour noir, poésie soudaine, raffinement et crudité. "Cimetière d’étoiles" vient de paraitre aux éditions Joelle Losfeld

Portrait de l’écrivain, dramaturge, scénariste et acteur, Richard Morgiève auteur de "Cimetière d’étoiles"  (Joëlle Losfeld).
Portrait de l’écrivain, dramaturge, scénariste et acteur, Richard Morgiève auteur de "Cimetière d’étoiles" (Joëlle Losfeld). © Francesca Mantovani/Gallimard

Ronnie Fletcher, surnommé l’albinos, et son coéquipier, Will Drake, flics à El Paso, sur la frontière mexicaine, y ont la réputation, non usurpée, de ne pas trop s’embarrasser de procédure lorsqu’ils courent après les méchants. Il paraîtrait même qu’ils peuvent les faire parler grâce à de simples sacs plastique de supermarchés. Mal payés, ils ne rechignent pas à extorquer quelques liasses de dollars à ceux qui ont affaire à eux. Mais ils ne supportent pas de voir maltraiter les plus faibles. De drôles de chevaliers des temps modernes qui combattent le mal par le mal au volant de leur Ford Fairlane 57 surnommée, elle, Le Cercueil, leurs prédécesseurs y ayant trouvé la mort, troués comme des passoires par des malfaisants, qui ne paient rien pour attendre.

Le dernier roman de Richard Morgiève, « Cimetière d’étoiles », qui vient de paraître chez Joelle Losfeld, démarre le premier janvier 1963 sur la frontière mexicaine où Fletcher et Drake découvrent le cadavre d’un marine en chaussettes, tué deux fois semble-t-il. 

Une première fois par le virus de la peste, et la seconde d’une balle dans la nuque, signature possible de la mafia. Comme «Le Cherokee », son précédent livre , qui se déroulait en 1954, ce Cimetière d’étoiles nous replonge dans les cauchemars d’une Amérique gangrenée par les complots militaro-policiers, le trafic de drogue, la corruption, alors que se prépare, au Texas justement, l’élimination du président Kennedy. 

Et c’est toujours un vrai plaisir de se plonger dans les récits de Richard Morgiève, qui, sur une impeccable trame historique, nous captive par son écriture érudite alliant humour noir, poésie soudaine, raffinement et crudité.

la programmation musicale

Champion Jack Dupree - Stack-O-Lee

Richard Morgieve était l'invité de Kathleen Evin à l'occasion  de la parution du Cherokee, l'émission est à réécouter ICI

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés