[scald=10175:sdl_editor_representation]Henri est, dans la famille Vuillard "l'enfant inutile" comme le dit sa mère, la terrible Junon qui ne lui pardonne pas de n'avoir pu, pour cause d'incompatibilité, donner sa moelle à son frère aîné, Joseph, mort à six ans d'une maladie du sang. Devenu un adulte plutôt inconséquent, Henri s'est fait bannir par sa soeur aînée, Elisabeth, pour une raison mystérieuse que le reste de la famille a accepté sans protester. Mais cette veille de Noël, Junon est atteinte à son tour par cette maladie et a besoin de trouver chez ses enfants ou petits enfants un donneur potentiel. Du coup, tous vont devoir passer quelques jours ensemble dans la grande maison de Roubaix, et réapprendre à se voir, tels qu'ils sont, et à se dire ce qui, habituellement, ne se dit pas. "Un conte de Noël" d'Arnaud Desplechin, qui sort demain sur les écrans, est du vrai cinéma tel qu'on l'espère toujours, avec un scénario dense, subtil, profond sans lourdeur et léger sans superficialité. Du cinéma qui vous rend meilleur et avec l'esprit plus vif qu'en entrant. Les acteurs sont ébouissant : Mathieu Amalric, Jean-Paul Roussillon, Catherine Deneuve, Anne Consigny, Emmanuelle Devos, Melvil Poupaud ... Ce "Conte de Noël" mérite d'être vu et surtout revu, pour le plaisir d'y découvrir les petits cailloux blancs semés, discrètement, par son auteur : un peu de Woody Allen, pas mal de Bergman, un parfum de Renoir, celui de La règle du jeu", du Scorsese, du Wes Anderson, et même le sourire de chat de ce vieux William qui plane au-dessus de cette maison où le bruit et la fureur des passions sont portés par une énergie joyeuse qui est le souffle même de la vie. "Un conte de Noël" sort demain en salle, avec Mathieu Amalric, Catherine Deneuve, Emmanuelle Devos, Chiara Mastroianni, Hyppolite Girardot, Anne Consigny et Jean-Paul Roussillon Melvil Poupaud

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.