[scald=10523:sdl_editor_representation] En ces temps de métarialisme exacerbé qui donc avouerait s'intéresser au mysticisme, à sa recherche éperdue de dépassement de la chair, et au triomphe de l'esprit sur corps ? Et seuls les derniers lacaniens relisent encore les pages que leur grand homme a consacrées à la jouissance mystique. Pourtant les tenants de l'hystérie féminine, pour expliquer les parcours d'une Thérèse d'Avila ou d'une Catherine de Sienne, se contentent de peu : les écrits et les vies étonnates de ces femmes possédées de Dieu ne tiennent dans aucune case explicative. Il faut, avec elles, se laisser subjuguer. Subjugué, captivé, c'est bien ce qui s'est produit pour Ernest Pignon-Ernest qui, pour ce dernier travail sur sept grandes mystiques, a momentanément quitté la rue, son lieu habituel d'exposition. C'est en effet à la Chapelle St Charles en Avignon qu'il a accroché comme en lévitation en juillet dernier, ses immenses dessins regroupés sous le nom "Extases". Le livre qui retrace cette aventure est publié chez Gallimard avec des textes de son ami André Velter.Caroline Ostermann : visite de l'atelier d'Ernest Pignon-Ernest

programmation musicale

Moby

Natural Blues ### Françoiz Breut

Les jeunes pousses ### Herman Dune

Try to think about me ### liens

Le site d'Ernest Pignon-Ernest

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.