pour son nouvel album Vamos chez Viavox Production/L'Autre Distribution, avec Baptiste Trottignon, Manu Codjia, Malcolm Braff, Jérôme Regard...également plusieurs concerts, dont les 23 et 24 octobre au Sunside à Paris

Minino Garay-Album "Valmos"
Minino Garay-Album "Valmos" © Viavox Production / L'Autre Distribution

Egberto Gismondi est un compositeur, pianiste et guitariste qui n’a cessé, depuis ses études classiques, de confronter sa musique aux rythmes et aux instruments venus d’ailleurs.

Brésilien, et donc, comme il le dit, issu de cultures et de croyances diverses, européennes, indiennes, africaines, c’est à Paris qu’il a pu travailler avec des musiciens qui, comme lui, mettaient le métissage musical en pratique avec, au bout de ces rencontres, un jazz étonnant, à la fois reconnaissable et différent.

Ce qui est vrai pour le Brésil peut d’ailleurs s’appliquer à l’Argentine, pays voisin, lui aussi creuset de vagues d’immigrations en provenance du monde entier.

Le tango en est le fruit le plus connu, mais c’est également avec les musiciens de jazz et les percussionnistes que le mélange a fonctionné le mieux. Le jazz, langage universel, esperanto des musiciens qu’ils savent tous parler, sans mots, mais en sons.

Minino Garay est, lui aussi, arrivé à ce jazz par les mêmes chemins de traverse emprunté par Gismondi. Né à Cordoba, au cœur de l’Argentine, il grandit dans le rythme binaire du cuarteto, la danse traditionnelle qui réunit, chaque fin de semaine, des milliers de personnes. Tout petit Minino tape sur un bombo pour accompagner l’orchestre, il ne cessera plus.

Après Buenos Aires, c’est à Paris qu’on le retrouve au début des années 90, créant ses propres groupes, puis aux côtés de Dee Dee Bridgewater durant des années fondatrices pour lui.

La suite c’est sur ses albums qu’il l’écrit, avec les meilleurs, Michel Portal , Mercedes Sosa, Baptiste Trottignon, Richard Bona, André Ceccarelli. Il a inventé un jazz urbain, afro-latin, bourré de sonorités qui n’appartiennent qu’à lui, il l’appelle en riant « un jazz pollué ».

Son dernier album, paru chez Viavox Production et l’Autre Distribution, s’intitule Vamos , énergique invitation au voyage dans son univers musical généreux et coloré.

Minino Garay est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde .

http://www.mininogaray.com/

Le reportage de Gladys Marivat

« J'ai rencontré Pajaro Canzani, un des compagnons de route de Minino Garay.

Pajaro Canzani
Pajaro Canzani © Cezame Music Agency

Né en Uruguay, ce musicien, compositeur, chanteur, figure du groupe chilien mythique Los Jaivas , a vécu au Brésil, puis en Argentine et joué dans toute l’Amérique du Sud avant de partir pour Paris où il a rencontré Minino Garay.

Dans sa maison-studio à Paris, il m’a raconté l’histoire de 25 ans d’amitié et de musique. »

Programmation musicale extraite de l'album Vamos de Minino Garay__

  • CD1 : Vamos - Baptiste Trotignon

- CD2: Memoria Colectiva - Lalo Zanelli

- CD3 : Sus ojos se Cerraron - Carlos Gardel

- CD4 : La Chanson d'Hélène - Philippe Sarde

Les archives de l'INA et les extraits sonores

Egberto GISMONTI : Les Brésiliens sont le résultat des Européens, Indiens et Africains, aucune musique ne peut donc sonner étrangère à notre oreille

ARCHIVE INA Un poco agitato 16/06/2005 France musique

__

GERARDO DI GIUSTO : La ville de Cordoba

ARCHIVE INA *Un poco agitato 19/04/2005 Gerard Tourtrol France musique

ARCHIVE INA « Ascenseur pour le jazz » 23.12.2007 France Inter

__

Mercedes Sosa : Son surnom : « La Negra »

Toutes les races qui composent le peuple argentin

ARCHIVE INA Décibels 15/03/2006 Jeanne-Martine Vacher

__

Jorge Luis Borges : Le tango et le snobisme des argentins

ARCHIVE INA L'heure de pointe 25/04/1977

__

Jairo : Le mythe Carlos Gardel

ARCHIVE INA Inter actualités 29/11/1990

Dee Dee Bridgewater

Pourquoi elle s’est installée en France

ARCHIVE INA Mots croisés 28/11/1994 Daniel Schick

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.