[scald=11379:sdl_editor_representation]« Complices de l’Inavouable, la France au Rwanda » éditions Les Arènes Le 13 avril 1994 les premiers ressortissants français évacués du Rwanda en proie , officiellement, à des « massacres interethniques », arrivent à Roissy. Déjà, dans les premières déclarations, un malaise se fait sentir. « J’ai eu honte d’être Français », lâche un homme, conscient de s’être fait acclamer sur le chemin de l’aéroport par les massacreurs. Il faudra pourtant attendre début juin pour que le président Mitterrand obtienne de l’ONU l’envoi d’une mission humanitaire. Ce sera l’opération Turquoise. Il faut que je l’admette en préambule : si mon invité de ce soir ne s’appelait pas Patrick de Saint Exupéry, l’un des rares membres de mon honorable corporation dont j’admire l’honnêteté encore plus que le talent, j’aurais sans doute évité le sujet. Le Rwanda reste en nous tous comme une plaie ouverte. Parce que, humains, nous n’avons pu empêcher que se reproduise le second génocide du XXè siècle. Parce que, Français, nous sentons tous que notre pays porte une part de responsabilité dans cela. Nous étions du côté des assassins, insupportable pensée. Jusqu’où est allée cette responsabilité ? Si je ne partage pas toutes les déductions que se permet Patrick de Saint Exupéry, la quasi-totalité de son implacable démonstration est irréfutable, hélas. Nous sommes en avril 2009, quinze ans après l’horreur absolue dont les images nous hantent toujours. « Complices de l’Inavouable » reparait aujourd’hui aux éditions des Arènes.### programmation musicale

Accentus jour Shubert

Nacht und Träume ### Hugues de Courson joue Bach

Passion selon Saint-Mathieu

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.