La merveilleuse soprano Sandrine Piau était ici il y a juste un an pour son disque d’airs de Haendel, si justement intitulé « entre ciel et terre ». Elle qui a aussi beaucoup chanté Vivaldi, avouait donc se sentir plus à l’aise avec le premier, amoureux des voix, et composant même souvent pour un artiste précis, comme il le fit avec Carestini, en sachant mieux que le chanteur ce qui lui conviendrait pour triompher sur scène.

Vivaldi pour sa part écrivait sa musique pour des instruments, et surtout des cordes, utilisant la voix comme il l’aurait fait d’un violon. L’exploit vocal s’accompagne avec lui d’un exploit physique. L’exploit physique, justement, n’a jamais fait peur à Jean-Christophe Spinosi. Violoniste et fondateur de l’ensemble Matheus, il se consacre quasi exclusivement depuis la fin des années 90 à la direction musicale : musique de chambre, symphonique, vocale, sacrée, contemporaine, allant même parfois jusqu’au rock et au hip hop. De quoi faire grincer les dents des puristes. Mais son territoire d’élection c’est le baroque et surtout Vivaldi auquel il a consacré la quasi-totalité de sa discographie. Notamment avec les trois opéras : la verità in cimento, la fida ninfa et Orlando Furioso tous édités chez Naïve.

En janvier prochain il dirigera le barbier de Séville de Rossini au Chatelet à Paris, avant de retourner à son cher Vivaldi avec Orlando à Paris en mars, à Nice en mars et avril et à Nancy en juin. Mais ce soir Jean Christophe Spinosi est l’invité de l’humeur Vagabonde.

reportage

Reportage Vinciane Haudebourg L'orchestre Demos est le premier orchestre français d'enfants de quartiers. Il rassemble 450 enfants de 7 à 12 ans, qui vivent à Paris et dans sa banlieue, et qui n'ont jamais joué d'un instrument. Sur le model du Sistema au Venezuela, il permet par le jeu du collectif, de faire découvrir la musique classique à des jeunes qui en sont éloignés. Reportage aves les petits violonistes du centre d'accueil et d'écoute du 18eme ardt.

Les liens

Conseil de la création artistique

L'Ensemble Matheus

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.