pour Providence publié chez P.O.L

Olivier Cadiot-Providence
Olivier Cadiot-Providence © POL / Olivier Cadiot

Ecrire, bien sûr, que faire d’autre ? Mais quoi de neuf, de chantant, de sonore, de visuel, qui permette d’ouvrir devant soi un chemin resté jusque là fermé ? Ou l’inverse d’ailleurs….

Alors, et il est très important de respecter les formes, il faut d’abord installer ce qui fait l’écrivain aux yeux myopes du monde : la table, les crayons, la vue sur un lac –c’est chic un lac- et attendre que les mots adviennent.

Et si rien ne vient ?

Essayer quand même, échouer, échouer encore, échouer mieux, on connaît la formule. Un livre peut-il se passer de sujet, d’intrigue, de personnage ?

Bonne question alors que le personnage habituel, cet éclaireur de chemin qui, tel Robinson sur son île, défriche pour l’auteur le récit à venir, est justement en pleine révolte contre son créateur. Heureusement, il reste des phares pour celui qui cherche le port : d’autres livres, des tableaux, de la musique, du cinéma.

Justement ce dernier livre d’Olivier Cadiot, publié comme les précédents chez P.O.L, s’appelle Providence comme le si beau film d’Alain Resnais.

Et on y suit, de page en page, des petits chemins tortueux où l’on croisera du monde, et du beau : Balzac, Rauschenberg, Beuys ou Aby Warburg. Drôle de livre, bien sûr, en quatre « corps » autonomes et pourtant reliés par cette même quête du langage, de la création, d’une place dans un monde dont on ne comprend plus du tout les codes ni le fonctionnement. A la dernière ligne, quelque chose s’est dessiné en nous, un récit, comme une histoire, comme le motif qui surgit du tableau si on fait quelques pas en arrière pour mieux l’envisager. Un livre est né, c’était pas évident. Et c’est émouvant de voir l’envers du décor se dit-on.

Olivier Cadiot, un mage en hiver, est ce soir l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Elsa Daynac

Deux voix, L’une sort du papier, l’autre d’une guitare, Deux voixSe rencontrent, et créent une nouvelle dimension : L’endroit où le texte occupe l’espace, Enroulant nos corps et nos oreilles. Il était une fois l’histoire de la rencontre de deux camarades, Olivier Cadiot, et Rodolphe Burger. Deux voix qui rencontrent d’autres voix, parfois welches, parfois allemandes, souvent poètes. Les « voix poètes » sont convoquées à la maison de la Poésie où Rodolphe Burger est en résidence pour préparer son prochain album. Explicit Lyrics On y retrouve sa voix, mêlées à celles de ses guitares, de Jack Spicer, de TS Eliot, d’Olivier Cadiot, et d’autres. Pour l’heure, écoutons la voix de Rodolphe Burger. Rodophe Burger et Olivier Cadiot, En concert au Docks de Lausanne le 27/03/2015Psychopharmaka de Rodolphe Burger & Olivier Cadiot Guests : Franz Treichler & Jeanne Balibarhttp://dernierebandemusic.com/*

La programmation musicale

CD 1 : Falling short – LAPSLEY (Beggars, 2015)

CD 2 : Want it back – Guts/Milk Coffee § Sugar/Patrice (Heavently Sweetness, 2015)

CD 3 : Are you glad to be in America – James Blood Ulmer § Rodolphe Burger

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.