[scald=9197:sdl_editor_representation]Louis Calaferte, mort en 1994, est un auteur discret, secret, presque, dont les affidés se reconnaissent, dans les librairies où ils cherchent ses livres d'un simple coup d'oeil affectueux. Calaferte, c'est une écriture rageuse, provocante, née d'une enfance humiliée, confrontée à la violence. "Septentrion" dans lequel il raconte comment il a fini par devenir écrivain a même été interdit pour pornographie en 1963 ! Un univers a priori bien loin de celui de Brigitte Giraud qui publie "L'amour est très surestimé" son cinquième livre chez Stock, et c'est pourtant l'un des écrivains dont elle se revendique. Elle aussi a écrit à partir d'une enfance qui l'a marquée, elle aussi sait raconter cette rage d'apprendre qui l'a sauvée sait nous montrer avec cruauté et tendresse comme l'amour reste l'essentiel des vies qu'il a dévastées.Brigitte Giraud a participé à un livre intitulé "L'architecture est l'autre" paru en avril aux éditions du Moniteur. Ce livre, dirigé par Véronique Giorgiutti, architecte, urbaniste, présente le travail et les réflexions de l'agence d'architectes Atelier Arche. Véronique Giorgiutti, philosophe de formation est aussi écrivain et elle n'a de cesse de faire se croiser l'architecture avce d'autres univers et notamment celui des écrivains : pour elle écrivains et architectes ont des choses à se dire... Le texte de Brigitte Giraud qui figure dans ce livre s'intitule "Notre besoin de transformation est impossible à rassasier", elle y livre son idée de la maison de ses rêves, la maison du bonheur.

programmation musicale

Rachid Taha

Agatha ### Dominique A

Surestimé

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.