photo_reportage
photo_reportage © Radio France
The « The Promise » 4X90mn, fiction diffusée sur Canal+ à partir du lundi 21 mars à 20H50 Master Class au Forum des Images le mardi 12 avril à 21H. Le 29 novembre 1947, par 33 voix contre 30, les Nations Unies adoptaient la résolution 181 prévoyant un plan de partage de la Palestine qui accordait un peu plus de la moitié du territoire aux juifs qui représentaient alors environ un tiers de la population. Sans attendre la fin du mandat britannique, qui interviendra le 15 mai 1948, l’Irgoun, le Palmach et la Haganah, mirent en œuvre le plan D, préparé en secret avec le conseil juif, pour chasser le maximum de Palestiniens, par les massacres et la terreur, et récupérer ainsi la terre et les villages vidés de leurs habitants. Les soldats britanniques, harcelés depuis trois ans par les attentats de l’Irgoun, laissèrent faire. C’est sur cette histoire, largement méconnue, que revient le réalisateur britannique Peter Kosminsky. De lui nous connaissions déjà « Warriors » sur la mission des casques bleus en ex-Yougoslavie, « les années Tony Blair », «l’affaire David Kelly » et « Les graines de la colère » sur le terrorisme islamique. A partir de ce soir 20H50 et chaque lundi pendant 4 semaines, Canal+ va diffuser « The Promise », une fiction fondée sur une enquête très fouillée. On y suit les itinéraires personnels de Len, jeune soldat britannique qui débarque en Palestine en 1945 après avoir combattu les nazis en Europe, et de sa petite fille, Erin, venue passer des vacances en Israël en 2005 dans la famille de sa meilleure amie Eliza qui va accomplir son temps dans l’armée israelienne. Erin a emporté le journal tenu par Len, et qu’elle a récupéré alors que celui-ci est en train de mourir dans un hopital en Angleterre. Elle y découvrira les raisons et les germes d’une guerre que sa génération ne connaît que par les images télévisées. Film magnifique, passionnant, qui déclenchera inévitablement la polémique et dont Peter Kosminsky est venu ce soir nous parler. Xavier Combe sera son interprète. ### **reportage** Les mauvais joursMartine Abat : rencontre avec Ariane Ascaride, à l'occasion de la diffusion d'un téléfilm réalisé par Pascale Bailly "Les mauvais jours", diffusé sur France 2 mardi 22 mars à 20h35.Un film en prise totale avec la réalité sociale de notre pays. En effet, 56% des français considèrent leur situation tellement précaire qu’ils craignent de devenir un jour SDF. C’est ce qui arrive à Nathalie, qui après la perte de son emploi, voit sa situation se dégrader peu à peu jusqu’à être expulsée de chez elle. Elle parvient, à la faveur de l’été parisien, à sauvegarder pendant un certain temps les apparences, vivant dans sa voiture et se brossant les dents avec sa bouteille d’eau. Elle ment à sa fille qu’elle continue d’aider financièrement avec le peu qui lui reste. Mais peu à peu elle lâche prise. Car c’est trop dur, de mal manger, dormir dehors, mentir à sa famille, être sale, être seule. Elle ne donne plus de nouvelles, et disparaît, accablée par la honte.C’est Ariane Ascaride qui joue ce personnage de Nathalie, qui sombre, même si, dans cette histoire, au bout du tunnel, la lumière va revenir.
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.