[scald=8831:sdl_editor_representation]Personnage hors du commun et demeuré largement méconnu du grand public, Jacques Doucet fut l'habilleur des femmes peintes par Proust et fréquentées par les frères Goncourt. Ce grand couturier était avant tout un mécène d'une générosité rare (mécène du groupe surréaliste notamment), un collectionneur d'un goût très sûr et d'une intelligence inouïe. Surnommé par l'écrivain André Suarès "le magicien", Doucet s'est étrangement appliqué à gommer toute trace de lui, ne nous léguant que le meilleur de lui-même : ses collections et ses bibliothèques. François Chapon, aujourd'hui directeur honoraire de cette bibliothèque Jacques Doucet qu'il a si longtemps dirigée, a écrit la somme la plus complète sur Jacques Doucet. Publiée en 1984, revue et corrigée en 1996, elle est rééditée aujourd'hui chez Fayard sous le titre "C'était Jacques Doucet"Martine Abat : Avant de constituer sa bibliothèque littéraire avec ses conseillers André Breton et André Suarès, Jacques Doucet a constitué une bibliothèque d'art et d'archéologie dès 1908. Sa volonté était de documenter tous les arts, de tous les temps et de tous les pays... Il a ainsi rassemblé plus de 250 000 documents, ouvrages, catalogues, photos, dessins, estampes... Il a légué ce fonds dans les années 20 à l'Université de Paris et il se trouve aujourd'hui à l'Institut National d'Histoire de l'Art, dans les locaux de la BNF, rue de Richelieu. Parcours dans ses rayonnages en compagnie de Martine Poulain, Directrice de l'INHA et de Dominique Morelon, conservateur en chef. A noter que l'on peut voir jusqu'au 2 décembre à l'INHA, 2 rue Vivienne, une exposition d'estampes japonaises de Utamaro, issues du fonds Doucet.

programmation musicale

Jacques Dutronc

La fille du père noël ### Charlelie Couture

Juste un instant ### Robbie Williams

Bongo Bong

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.