pour l'expositionErwin Blumenfeld (1897-1969) - Photographies, dessins et photomontages - jusqu'au au 26 janvier 2014 au Jeu de Paume

The Estate of Erwin Blumenfeld
The Estate of Erwin Blumenfeld © D.R / Erwin Blumenfeld

Le pied posé sur une poutrelle boulonnée au dessus du vide, une main accrochée au flanc courbé de la Tour Eiffel, le mannequin ressemble à un ange dans un film de Wim Wenders, sa longue jupe plissée claque dans le vent, et derrière elle, en contrebas, la Seine et Paris dans une symphonie de gris, de noirs et de blanc. Cette photo que tout le monde connaît, sans forcément savoir qui en est l’auteur, date de 1939, et sa modernité comme son audace nous donnent, aujourd’hui encore, le vertige.

Erwin Blumenfeld est devenu célèbre par l’inventivité de ses photos de mode. Vogue , Harper’s Bazaar et Votre Beauté se le sont disputé dès 1938. Il vivait alors à Paris, passionné par l’expérimentation photographique : superposition des négatifs, solarisations, comme son ami Man Ray, surimpressions. Mais, plus jeune, engagé dans le mouvement dadaïste puis lié aux surréalistes, Blumenfeld était aussi un dessinateur, et un « grand expérimentateur d’effets spéciaux » comme le dit sa petite fille, Nadia, dont on vient d’entendre la voix.

Jusqu’au 26 janvier 2014, le Musée du Jeu de Paume rend hommage àErwin Blumenfeld , disparu en 1969, en exposant nombre de ses œuvres des débuts, inconnues du public. Bien sûr ses photos de mode sont également présentes, mais surtout les couverture des magazines qu’il a réalisées, en laissant libre cours à sa fantaisie, son excentricité, ses « bricolages d’artiste inspiré » comme le dit, admiratif, Jean Paul Goude qui reconnaît volontiers s’être inspiré du travail de ce précurseur du graphisme. Beaucoup de portraits aussi, ceux de ses années à Amsterdam, fascinants, et l’impressionnante série des années 30 de photomontages autour de la tête d’Hitler. Gladys Marivat a visité l’exposition pour vous en compagnie de Nadia Blumenfeld Charbit , petite fille de l’artiste.

Marta Gili, qui est directrice du Jeu de Paume est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Gladys Marivat

Voile mouillé - Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.Collection particulière, Suisse.
Voile mouillé - Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque.Collection particulière, Suisse. © The Estate of Erwin Blumenfeld

Dans l'exposition Erwin Blumenfeld au Jeu de paume, on trouve beaucoup de photos de famille. Un nu de sa fille, Lisette. Un portrait de son fils, Henri. Ce portrait est dans une des premières salles de l'exposition. On n'y voit que les yeux de l'enfant..L'air mélancolique, on devine pourtant, sur ses lèvres, un début de sourire.

Cet enfant, Henri, est le père deNadia Blumenfeld-Charbit avec qui j'ai visité l'exposition. Passionnée de photographie, la petite fille d'Erwin Blumenfeld a été commissaire de l'exposition Erwin Blumenfeld Studio au musée Nicéphore Niepce à Chalon-sur-Saône en 2012. A Paris, au Jeu de Paume, on a parlé de photographies bien sûr, de nus, de mode, de couleurs, mais aussi, forcément, de souvenirs.

Evénement(s) lié(s)

Exposition « Erwin Blumenfeld »

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.