Une saisissante enquête anthropologique auprès de policiers en banlieue parisienne. L'engrenage terrible de l'ennui, de la pression du chiffre et des éruptions de violence... adapté d'un essai de Didier Fassin, anthropologue, professeur à Princeton et au Collège de France

Didier Fassin
Didier Fassin © Maxppp / Christine Olsson

Le journaliste David Dufresne rebondissait ici sur la réponse faite en mars 2019 par Emmanuel Macron à une participante à la convention citoyenne au plus fort de la "crise des gilets jaunes". Alors qu'elle l'interpellait sur les violences policières, le Président de la République, en bon adepte de la phrase fameuse de Max Weber sur la "violence légitime de l'Etat", s'était insurgé, refusant qu'en démocratie on puisse parler de violences policières.

Controverse récurrente depuis des décennies entre ceux qui dénoncent des excès de la part des forces de l'ordre dans les manifestations  mais aussi dans les quartiers dits sensibles ou vis à vis des étrangers en situation irrégulière, et le pouvoir politique de gauche comme de droite, qui  durcit les méthodes de maintient de l'ordre  en réponse à une violence sociale qui s'accroit .

En 2011 Didier Fassin publiait un gros essai intitulé "La force de l'ordre" au Seuil après 18 mois passés en immersion auprès de policiers d'une banlieue parisienne, on y lisait sans surprise l'ennui et la désespérance  de flics confrontés  aux manques de moyens chroniques et aux fluctuations opportunistes  du discours politique. 

On y retrouvait les rodéos des jeunes de banlieue entre provocation et représailles et un discours raciste qui gagnait du terrain de part et d'autre, mais aussi la lassitude d'une hiérarchie parfois très consciente de l'illégalité  de certaines pratiques, coincée entre les demandes de résultats du ministère et la puissance des syndicats

Quatre ans  plus tard, après des mois d'affrontement  en 2019, la police est toujours au cœur d'une protestation citoyenne qui ne retombe pas, "La force de l'ordre" reparait cette fois-ci sous forme de roman graphique chez Delcourt, c'était l'occasion de poursuivre la conversation avec Didier Fassin 

Didier Fassin vient de faire paraitre également sa leçon inaugurale au Collège de France

"De l’inégalité des vies", ( Coédition Collège de France/Fayard), leçon inaugurale que l'on peut retrouver sur le site du Collège de France 

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.