Frédéric Gros revient avec Kathleen Evin sur la tentation de l'obéissance, quand tout nous pousse aujourd'hui doucement vers le conformisme et la résignation…

Philosopher, c'est désobéir
Philosopher, c'est désobéir © Getty / Freudenthal Verhagen

Pour pouvoir dire oui en toute liberté, nous explique le philosophe, il faut être conscient que l’on peut, et même que parfois l’on doit savoir dire non. Vladimir Jankélévitch est, en ces temps de révoltes inabouties et d’injustices galopantes, un penseur fraternel qu’il nous faut lire et relire pour trouver le courage, la colère, la force de dire non à l’insupportable. Jankélévitch appelait cela la dissonance, condition même de l’homme. Y compris dans une démocratie.

Dire non, plus facile à théoriser qu’à expérimenter, nous le savons bien, lorsque tout nous pousse doucement vers le conformisme et la résignation. Professeur de pensée politique à Sciences Po Paris, spécialiste de Michel Foucault, Frédéric Gros s’est intéressé à la possibilité de la désobéissance dans nos sociétés modernes, en commençant par s’étonner de sa rareté face à l’explosion des inégalités. 

Son livre Désobéir, coédité par Flammarion et Albin Michel, nous invite à penser par nous-mêmes. Rien que pour cela, il est hautement recommandable. 

Les archives de l'INA

Vladimir Jankélévitch : Sa  définition de la Liberté:"dire oui au non" 07/06/1978 - Ne quittez pas l'écoute, France Culture 

Bernard Maris : Capitalisme et servitude volontaire-Chronique du 02/11/2013, France Inter  

Lecture par Stanislas Roquette d'un extrait des "Frères Karamazov" de Dostoïevski  23/04/2011- Ça peut pas faire de mal, France Inter

Howard Zinn : Le bombardement au napalm de Royan Là bas si j'y suis 2010, France Inter 

La programmation musicale

Dinah Washington : Makin' Whoopee. ..

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.