1954, alors que le désastre de Dien Bien Phu a permis la signature des accords de Genève, sur les ondes de la radio nationale, les éditorialistes, comme Jacques Lombard, n'en reviennent toujours pas : ces petits indochinois, qui doivent tout à la France, ont obtenu par les armes l'indépendance que les politiques français leur avait refusé en 1945. L'humiliation est rude, des milliers de militaires ont été tués, blessés ou sont prisonniers dans des camps de la mort. Mais la France, qui s'engage déjà dans une autre guerre en Algérie, ne veut pas entendre trop parler de ce désastre. Ceux qui rentreront ne trouveront guère d'écho à leur douleur. Les films de Pierre Schoendorfer, la 317ème section ou le crabe tambour nous avaient déjà rouvert la mémoire. Nous obligeant à ne pas toujours lire l'histoire en noir et blanc. Un roman vient aujourd'hui nous faire revivre ces 9 années où la France a perdu l'Indochine et raté l'occasion d'inventer de nouveaux rapports avec ses colonies. "Un pont d'oiseaux" d'Antoine Audouard est le récit de la quête d'un fils qui s'en va chercher dans la Saïgon d'aujourd'hui les secrets d'un père qu'il n'a pas vraiment connu et en revient habité par une histoire héroïque, absurde et tragique qu'il aura arraché par bribe aux anciens amis de ce père disparu.

Rencontre avec Michel Gaillard, directeur du Canard Enchaîné où Yvan Audouard, le père d'Antoine, a travaillé pendant très longtemps. Antoine Audouard a fait publier tous les textes sur la provence : "Tous les contes de ma provence" collection Bouquin chez Robert Laffon.

programmation musicale

Dominique Dalcan

Brian ### BOF

Intimié ### Charlotte Gainsbourg

That song that we sing ### Yann Tiersen

La rade

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.