[scald=10089:sdl_editor_representation]Quarante après leur départ d'Algérie, la nostalgie et l'amertume demeurent vivaces chez trois juifs algérois qu'interrogeait ALain Lepochowicz en novembre 2004. De la musique, quelques photos, et la saveur des plats préparés pour les fêtes rituelles, voilà ce qui leur reste d'un pays qu'ils avient cru le leur, pour l'éternité. Mais liés à la République par le décret Crémieux en 1870 qui en faisait des citoyens à part entière, les juifs algériens ont vu leur sort scellé par le départ de la France en 1962. L'historien Benjamin Stora, dont la famille est originaire de Kenchela, dans l'est algérien, était un petit garçon lors de l'exil. Devenu un spécialiste de l'histoire du Magrehb et de l'immigration, qu'il enseigne à l'INALCO, il s'est rendu pour la première fois, à Kenchela en novembre 2004, sur les traces de cette histoire familiale. De ce séjour est né un livre "les trois exils juifs d'Algérie" publié d'abord en 2006 chez Stock et qui ressort aujourd'hui en poche, dans la collection Pluriel Hachette Littératures.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.