"A moi seul bien des personnages"
"A moi seul bien des personnages" © Editions du Seuil

John Irving est ce soir l'invité de l'Humeur Vagabonde pour "A moi seul bien des personnages", paru au Seuil le 18 avril 2013

"A moi seul bien des personnages"
"A moi seul bien des personnages" © Editions du Seuil

William Abbott, dit Billy, le narrateur de cette histoire, est écrivain, et il approche ses 70 ans. Après avoir vécu à Vienne et à New York, il revient dans sa petite ville natale, First Sister, dans le Vermont, enseigner la littérature dans le lycée où il a fait ses études, et reprendre le club de théâtre que sa famille avait créé. Il se souvient du jeune garçon solitaire et dyslexique qu’il était, angoissé par ses désirs amoureux désordonnés qui le poussaient aussi bien vers la bibliothécaire qui lui a fait lire Dickens et Baldwin, que vers son camarade d’école champion de lutte gréco-romaine ou son beau père, second mari de sa mère qui l’avait adopté après la disparition de son père lorsqu’il était bébé. Au début des années 60 l’ambiguïté sexuelle est une déviance qui relève du médecin, l’homosexualité une tare que les familles taisent. Restent les livres et le théâtre pour entrevoir d’autres chemins et construire sa liberté.

« A moi seul bien des personnages », treizième roman de John Irving , vient de paraître au Seuil dans une traduction de Josée Kamoun et Olivier Grenot.Le titre est emprunté à un vers de Richard II de Shakespeare, qui tient un grand rôle dans ce livre, lui qui a exploré tous les travestissements et les ambiguïtés de l’amour. Magnifique roman sur la douleur de l’adolescence, les silences mortifères des familles, ce livre plein d’ironie, de tendresse et aussi de colère est un hymne somptueux à la tolérance et à la compassion entre humains. Un livre qu’il n’est pas inutile de faire lire en ce moment, alors que l’on entend dans les rues et sur les ondes des cris de haine que l’on pensait d’un autre âge. Et, pour ceux qui manifestent au lieu de lire, il existe un CD tout juste paru aux éditions Thélème, « a moi seul bien des personnages » lu par Bertrand Suarez-Pazos.

Le résumé du livre

Les aventures tragi-comiques, sur plus d'un demi-siècle d'histoire américaine, de Billy, un bisexuel qui vit des histoires d'amour passionnées mais qui n'arrive pas à assouvir totalement son désir.

Traduit de l’américain par Josée Kamoun et Olivier Grenot.

Avec l'aimable contribution de Michel Zlotowski pour la traduction

Le reportage de Judith Soussan

Emilie la nuit
Emilie la nuit © Julien alias Emilie la nuit

Il y a un peu plus de deux ans, Julien a fait le pas : quand l’envie lui prend, il s’habille en femme, pour recevoir des amis à la maison ou pour sortir en ville avec sa compagne en passant inaperçu(e).

Sur le blog qu’il a créé, il est Emilie-la-nuit . Articles, photos, vidéos : à côté des conseils de maquillage et d’habillement, souvent mâtinés d’autodérision, il y a aussi les réflexions de Julien/Emilie-la-nuit sur le regard extérieur, la différence, l’ambiguïté, l’acceptation

Le blog d’Emilie-la-nuit

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.