pour son livre La vie de couple des poissons rouges traduit par Delphine Valentin, paru chez Buchet Chastel.

Guadalupe Nettel - La vie de couple des poissons rouges
Guadalupe Nettel - La vie de couple des poissons rouges © Buchet Chastel / Guadalupe Nettel

Dans cette France où les hommes, les femmes et les enfants sont de plus en plus mal traités lorsqu’ils sont pauvres, ou immigrés, ou de la mauvaise couleur, ou nés au mauvais endroit, heureusement, les droits des animaux sont en constante amélioration. C’est déjà ça.

Bêtes à cornes, à poil dur ou à plumes, ils ne sont dorénavant plus considérés comme des meubles, mais comme des êtres dotés d’une grande sensibilité. La loi s’en soucie désormais.

Mais elle ne peut pas s’occuper de tout le monde. Et donc il nous faut bien nous débrouiller tout seuls pour partager notre espace intime, mental, voire physique avec ces autres animaux que les avocats habituels de cette grande cause omettent toujours dans leurs envolées culpabilisantes : serpents, cafards, poissons rouges, voire champignons, du genre parasite qui colonise les zones humides de notre corps…Parfois c’est la guerre, et nous ne les gagnons pas toutes….

Après Pétales , précédent recueil d’histoires étranges paru en 2010 chez Actes Sud, et qu’elle avait joliment sous-titrées « nouvelles embarrassantes », Guadalupe Nettel est de retour à Paris, et donc dans notre studio, pour ce nouveau livre, édité cette fois chez Buchet Chastel, et intitulé La vie de couple des poissons rouges, traduit du mexicain par Delphine Valentin.

Cinq courts récits dérangeants, plein d’humour et de cruauté, qui tournent tous autour des relations entre humains et animaux, entre fascination, répulsion, terreur et fusion. Un serpent, des poissons rouges, des cafards, une chatte et un champignon lui servent à raconter des vies d’hommes, de femmes et d’enfants qui tentent de vivre avec le chagrin, la peur et la solitude.

Romancière voyageuse et polyglotte, femme d’esprit à l’œil sacrément perçant, Guadalupe Nettel est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde .

Le reportage de Vinciane Laumonier

Chanteurs d'oiseaux en baie de Somme .

Jean Boucaul t et Johnny Rasse se sont rencontrés enfants et ont tous les deux grandi au nord de la Picardie, en imitant le chant des oiseaux.

Ils ont, un jour, décidé d'en faire leur métier et de créer le collectif Chanteurs d'oiseaux .

Ils montent alors des spectacles, accompagnés par des musiciens, le pianiste Jean-François Zigel notamment, et des orchestres symphoniques.

Les écouter est tout simplement fantastique, intriguant même, tant ils sont proches de l'animal. Et les suivre dans la baie de Somme, c'est vagabonder les oreilles en avant, détecter les mélodies cachées dans les herbes ou les roseaux, et entrer dans un territoire de codes sonores...

Reportage entre Saint-Valéry sur Somme et le Crotoy. Devant nous, un petit oiseau que les deux siffleurs attendaient de pied ferme: le gorge bleu !

http://www.chanteurs-oiseaux.com/

25/04 au 03/05 Festival de l'Oiseau d'Abbeville (Oiseaux dans la grande Guerre, Nuit de la Chouette...)

25/04 Saint Sebastien sur Loire (44)

26/04 20 ans des pôles Nature à Vitrezay et Saint Georges de Didonne (17)

09/05 Jardin aux Oiseaux pour le Printemps Grandeur Nature à Pagny sur Moselle (54)

10/05 Jardin aux Oiseaux au Zoo d'Amiens (80)

29/05 Pougne L'Hérisson Le Nombril du Monde (79)

27/28/06 Festival de la Voix de Moissac (82)

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.