pour son roman Mademoiselle Haas paru aux éditions Larbalète-Gallimard et pour Une Vie brève chez Gallimard Folio.

Michelle Audin
Michelle Audin © gallimard / gallimard

Le Mémorial de la Shoah recense 37 femmes portant le nom de Haas , qui veut dire lièvre en allemand, 37 femmes déportées, dont Jeannette, qui avait 93 ans lorsqu’elle fut poussée dans un train pour Auschwitz en 1944.

D’elles, de leur vie, d’où elles venaient, on ne saura rien. L’Histoire, avec sa grande hache comme disait Pérec, ne garde pas souvenance de ces vies humbles, qui se déroulent entre labeur et cuisine, du berceau à la tombe, à l’ombre des grands hommes.

Éternellement plus inconnue que le soldat inconnu, sa femme traverse les siècles, sans bruit.

Depuis peu, des historiens commencent à exhumer l’une ou l’autre de ces vies sans éclat après les précurseurs que furent Michelle Perrot, Alain Corbin et Arlette Farge.

Et, à travers elles, chacun peut alors y reconnaître la trace de sa propre histoire.

Michèle Audin est, comme le fut son père Maurice, une mathématicienne. Mais, depuis toujours, l’histoire et la littérature se sont entremêlées à ses sujets d’étude. Au point d’en devenir, ces dernières années, la trame principale.

Sorti en 2013, Une Vie Brève , récit pudique et fort consacré à son père, assassiné par les parachutistes en 1957 à Alger, vient de reparaître en Folio. Michèle Audin y cherchait les traces de l’enfant et du jeune homme qu’il fut à travers les rares archives existantes.

Aujourd’hui elle publie dans la collection L’Arbalète chez Gallimard, Mademoiselle Haas, recueil de dix-neuf récits consacrés à des moments dans la vie de dix-neuf femmes saisis entre le 6 février 1934 et le 20 août 1941.

Tout y est vrai, sauf les personnages qui portent ces histoires, en marge de la grande.

Et Michèle Audin est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Michèle Audin-Une vie brève
Michèle Audin-Une vie brève © Gallimard-Folio / Michèle Audin

Le reportage d'Elsa Daynac

Les demoiselles Haas du livre ont entre 20 ans et 30 ans en 1934 Allons maintenant à la rencontre deMagali de Haas , Elle ne sort pas directement des pages du livre, Elle, elle est née en 1984, Hormis le nom de famille, elle a d’autre points communs avec les héroïnes du livre deMichèle Audin : C’est une femme, une femme militante qui rêve, vit, travaille. On s’installe sur un comptoir de Paris, Et elle lit avec nous les pages du livre de Michèle Audin. La contrainte oulipienne aurait pu être celle-ci : Que serait le livre de Michèle Audin si Catherine, Léopoldine, Valentine et les autres demoiselles Haas avaient eu entre 20 et 30 ans aujourd’hui...

Archive INA diffusée ce soir

Pierre Vidal-Naquet évoque "l'affaire Maurice Audin"

Ephémérides- 08.08.1999-France INter -Kathleen Evin

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.