[scald=10527:sdl_editor_representation]Faut-il, comme l'aurait paraît-il affirmé de Gaulle, s'envoler vers l'Orient compliqué avec des idées simples ? Cela évite peut-être à l'Occidental épris d'explications rationnelles de se perdre dans les apparentes contradictions de sociétés où le culte des traditions doit cohabiter avec une modernité forcenée. L'écrivain brésilien Bernardo Carvalho, pour sa part n'a jamais eu le culte des idées simples. Ses précédents romans publiés en France, "Mongolia" et "Sept nuits" (dont il était venu nous parler ici-même), ressemblent à de savants labyrinthes dans lesquels le lecteur se perd avec délices et un brin de vertige. Dans "Le soleil se couche à Sao Paulo" qui vient de paraître chez Métailié, nous suivons la quête de vérité d'un narrateur à qui une vieille japonaise installée à Sao Paulo a raconté une histoire d'amours contrariées, de mariages arrangés, de crimes de guerre et de malédictions familiales pour qu'il en fasse un livre. Cette quête l'emmènera jusqu'à un Japon fantasmagorique d'où ses propres ancêtres avaient émigré vers l'Eldorado brésilien.Grégoire Louis : rencontre avec Michel Chandeigne, de la librairie portugaise et brésilienne de Paris. 10 rue Tournefort 75005 Paris

programmation musicale

Vincent Delerm

Un temps pour tout ### Tomuya

A bicyclette ### Seu Jorge

Burguesinha ### liens

La librairie portugaise de Paris

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.